L’administration fiscale ne peut pas pré-remplir pour vous tous vos revenus, même si au fil des années la liste s’amenuise. Cette année, de nouvelles ressources à inscrire dans votre déclaration de revenus peuvent être remplies par le Trésor public. Les voici !

Le top départ est officiel. Vous pouvez dès aujourd’hui remplir votre déclaration de revenus en ligne et 14,4 millions de déclarations papier vont être acheminées dans les boites aux lettres des Français. Si remplir le fameux document n°2042 est rarement une partie de plaisir, cette corvée s’est allégée depuis une dizaine d’années – depuis que le fisc pré-remplit les déclarations – et encore plus depuis l’an dernier avec la mise en place de la déclaration tacite, aussi appelée déclaration automatique.

Pour cette campagne 2021 des impôts, l’administration vous mâche encore davantage le travail en pré-remplissant de nouvelles cases. C’est ce qu’a confirmé ce 8 avril Olivier Dussopt, ministre délégué aux Comptes publics, à l’occasion du lancement officiel de la campagne. Cela ne doit évidemment pas vous empêcher de vous montrer vigilants en vérifiant que les sommes indiquées correspondent, notamment, aux méconnus IFU reçus. Parmi les nouveaux revenus pré-remplis, il y a cette année les heures supplémentaires exonérées d’impôt, plafonnées à hauteur de 7 500 euros. Sont aussi concernées les indemnités d’activité partielle versées aux salariés de particuliers employeur, comme les employés de maison ou les assistantes maternelles. C’est également le cas de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, dite prime Macron, versée par l’employeur et plafonnée à 1 000 ou 2 000 euros selon si un accord d’intéressement a été mis en place.

Lire aussi : Les 10 nouveautés qui vont simplifier votre déclaration de revenus

Les revenus d’Airbnb enfin pré-remplis

Le pré-remplissage devient aussi, et surtout, d’actualité s’agissant des gains perçus sur les plateformes collaboratives comme Airbnb ou Getaround (ex-Drivy). « Nous avons prévu un accompagnement renforcé pour les titulaires de revenus collaboratifs. Pour la première année, ces revenus seront pré-remplis », explique le ministre. Initialement, il était prévu que ce remplissage se fasse dès l’an dernier, à l’occasion de la campagne 2020 de l’impôt sur les revenus de 2019. En effet, l’an passé, les plateformes de l’économie collaborative devaient déjà faire remonter au fisc les revenus perçus par leurs utilisateurs, s’ils dépassaient 3 000 euros et si le nombre de transactions était supérieur à 20 par an.

Toutefois, la fiabilité et l’exhaustivité des données n’étant pas totalement au rendez-vous, l’administration fiscale avait renoncé à les indiquer. Mais pour cette campagne 2021, c’est bien le cas. Les contribuables ont bien juste à vérifier que les sommes indiquées dans le relevé qu’ont dû leur envoyer les plateformes correspondent bien à ce qui est pré-complété sur leur déclaration fiscale. « Pour les titulaires de ces revenus, lors de la déclaration, le site affichera automatiquement les revenus qui doivent être déclarés et les guidera pour choisir la bonne manière de déclarer [BIC ou régime réel, ndlr] », précise Olivier Dussopt.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

1 million de déclarants automatiques de plus

Ces revenus, déjà connus de l’administration, concernent potentiellement tous les contribuables. Mais ils vont encore plus intéressés ceux qui vont ainsi pouvoir basculer dans la déclaration automatique. Pour rappel, c’était LA grande nouveauté de l’an dernier, la possibilité de simplement vérifier que la déclaration de revenus pré-complétée est correcte et de n’avoir rien à faire si c’est bien le cas. Mais pour y être éligible, les revenus du contribuable doivent être totalement pré-remplissables.

Avec cet élargissement à des sources de ressources remontant au fisc, plus de particuliers vont être concernés par la déclaration automatique. Elle va ainsi être proposée à 1 million de foyers fiscaux supplémentaires, soit 12 millions en tout. Cette hausse des bénéficiaires provient aussi du fait que d’autres informations, liées à la composition du ménage sont désormais prises d'office en compte par les services des impôts, « notamment lorsqu’une naissance est intervenue en 2020 », souligne le ministre. A ce titre, 245 000 foyers sont concernés et pourront bénéficier de la déclaration automatique.