Attendu au tournant pour aider les Français touchés par le prix de l'énergie et des carburant, le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi sur TF1 une indemnité de 100 euros pour ceux qui gagnent moins de 2 000 euros par mois et le blocage des prix du gaz pour toute l'année 2022. Cette prime ne sera pas imposable.

Dans un contexte de flambée des prix de l'énergie, 73% des Français craignent une baisse de leur niveau de vie dans les années à venir selon un sondage exclusif de MoneyVox, réalisé par YouGov. A l'approche de la présidentielle de 2022, 6 sondés sur 10 jugeaient l'énergie et le carburant comme des sujets prioritaires. Ils ont été entendus par le gouvernement. Ce jeudi, sur le plateau du 20h de TF1, le Premier ministre a délivré plusieurs mesures pour aider les plus modestes à traverser la crise énergétique qui frappe la France et l'Europe.

Carburant : 100 euros pour 38 millions de Français

Pour faire face à des prix à la pompe toujours plus élevés, Jean Castex a annoncé une indemnité inflation de 100 euros, versée aux 38 millions de Français qui gagnent moins de 2 000 euros net par mois. Il ne s'agit pas des revenus par foyer, mais bien par personne. Ce dispositif s'adresse à tous les Français : qu'ils soient salariés, indépendant, au chômage ou à la retraite. Le versement sera fait automatiquement via votre entreprise, via l'Urssaf ou via Pôle emploi.

Les premiers versement devraient avoir lieu dès le mois de décembre.

Par ailleurs, « les étudiants boursiers ou autonomes fiscalement toucheront l'indemnité inflation, a précisé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur France. Ces 100 euros ne seront pas imposables. »

Pour financer les 3,8 milliards d'euros nécessaires, Jean Castex compte notamment... sur le surcoût de TVA de 1 milliard d'euros qui va rentrer dans les caisse de l'Etat grâce à la hausse des prix. Après avoir envisagé une baisse des taxes, voir une défiscalisation des frais de carburants dans certains cas, le gouvernement a préféré choisir une option qui se rapproche du chèque énergie, versé à 6 millions de ménages modestes au début du mois.

Gaz : les prix bloqués en 2022

Les tarifs réglementés du gaz resteront figés jusqu'à la fin de l'année 2022. « On a bloqué les prix du gaz et limité la hausse de janvier à 4%, le reste on en fera notre affaire, a indiqué Jean Castex sur TF1. Le blocage concernera toute l'année 2022. » Initialement, l'action du gouvernement sur les prix était prévue jusqu'en avril.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

Au 1er octobre, les TRV avaient bondi de près de 12,6%, après des hausses de 10% en juillet, de 5% en août et de 8% en septembre dernier.

Facture de gaz : quel contrat pour éviter la hausse des prix ?

Cette décision de Jean Castex pose la question du lissage des prix. En effet, lorsque l'Etat gèle les prix, les hausses initialement prévues sont répercutées sur les factures qui accompagnent le retour à la normal des prix pour limiter les pertes des fournisseurs. Les plus fragiles d'entre eux font face à un risque important de faillite.

Le Médiateur national de l'énergie recensait 53 offres pour l'électricité le 14 octobre, contre 94 le 12 août. Pour le gaz, on est passé de 63 à 33 offres disponibles sur la même période.

Concernant les prix de l'électricité, le Premier Ministre n'a pas précisé de changement par rapport au plan annoncé en septembre. Matignon veut abaisser une taxe pour permettre de contenir à 4% maximum l'augmentation attendue en février prochain.

Energie : trouvez le meilleur contrat