Natixis, filiale cotée du groupe BPCE, va « amender » son projet de cession de sa participation dans la société de gestion d'actifs H2O, en proie à de fortes turbulences depuis plusieurs mois.

Après « échanges avec les autorités réglementaires (...) Natixis IM et H2O AM indiquent poursuivre leurs travaux en vue d'amender le projet de transaction dans l'objectif de dénouer leur partenariat, tout en assurant une transition ordonnée dans l'intérêt des clients de H2O AM » a indiqué Natixis dans un communiqué mercredi.

Natixis, qui réunit entre autres des activités de marché et de gestion d'actifs, avait indiqué en novembre 2020 avoir engagé des discussions « en vue d'un dénouement progressif » de son partenariat avec cette société de gestion d'actifs britannique d'ici à la fin 2021. En janvier, le directeur général de Natixis IM Jean Raby avait annoncé une séparation « à l'amiable » avec H2O, en prévoyant de céder aux dirigeants de cette entreprise les 50,01% détenus par Natixis, via Natixis IM. Cette opération restait « soumise à l'approbation du régulateur », avait alors précisé Jean Raby.

Sollicitée par l'AFP mercredi soir, Natixis, n'a pas souhaité faire davantage de commentaires sur les détails des modifications de l'opération. « Le marché sera tenu informé du nouveau calendrier de l'opération » a précisé Natixis dans son communiqué.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Après avoir déjà été en proie à des secousses en 2019, H2O a à nouveau provoqué une vague d'inquiétudes au cours de l'été, à la suite de l'annonce de la suspension de huit fonds, une part croissante de ces placements étant constituée d'actifs non liquides difficiles à valoriser et liés à l'homme d'affaires allemand controversé Lars Windhorst.