Les investisseurs français aisés font partie des plus frileux en comparaison de leurs homologues d’une vingtaine de pays où la société de gestion de fonds internationaux Legg Mason a réalisé une étude. Ces particuliers cherchent en majorité à maintenir leur train de vie à l'âge de la retraite. Pour cela, ils font surtout confiance à l’immobilier et aux actions internationales en 2014.

Legg Mason a interrogé des investisseurs disposant d’un patrimoine minimum de 200.000 dollars à investir (1), dans 20 pays à travers le monde (2) dont la France. Principale conclusion de cette société de gestion, concernant l'Hexagone : comme l’ont déjà démontré d’autres sondages, les Français ne sont pas friands des investissements risqués. Ainsi 86% des sondés, en France, considèrent avoir un profil prudent contre 65% au niveau mondial.

Ce besoin de sécurité correspond à l’objectif de l’épargne, clairement orientée vers les vieux jours : « Presque 60% des investisseurs français sondés déclarent rechercher principalement une source de revenus pour leur retraite, et le maintien de leur train de vie actuel dans le futur », souligne Vincent Passa, directeur commercial de Legg Mason France.

Un rendement de 6,1% espéré, un résultat de 4,5%

Cette ligne de conduite influe logiquement sur les classes d’actifs que les sondés présentent comme les « meilleurs opportunités d’investissement pour les douze prochains mois ». Les Français plébiscitent l’immobilier à 68% alors que cette famille de placements n’arrive qu’au deuxième rang (42%) au niveau mondial, loin derrière les actions nationales (59%). Si, au niveau mondial, les sondés font confiance aux titres des entreprises de leur pays, les investisseurs hexagonaux croient peu au potentiel des actions françaises (38%) pour l'année 2014 puisqu’ils placent les titres internationaux en deuxième position (54%). Les sondés, qui devaient sélectionner les trois classes d’actifs leur apparaissant comme les plus porteuses, placent l’or et les métaux précieux sur la troisième marche du podium (41%).

Investissez dans les PME françaises - 9 plateformes comparées

Les Français se montrent en outre bien moins optimistes que les investisseurs interrogés dans les autres pays quant à la réussite de leurs placements en 2014. Pourquoi ? A cause du manque de croissance du pays à 47% et de la faiblesse de l’économie européenne (41%). Les investisseurs interrogés craignent aussi que la politique de taux bas nuise au rendement de leurs placements.

De manière plus générale, les investisseurs français interrogés visent un rendement moyen de 6,1% pour leurs différents placements. Des espérances qui n'ont pas été honorées dernièrement avec un résultat moyen, selon leurs dires, de 4,5%.

(1) 145.022 euros, au 8 avril 2014.

(2) Etude réalisée à base d’un questionnaire en ligne, du 10 décembre 2013 au 10 janvier 2014. 4.320 investisseurs ont répondu, dont environ 200 en France. Les participants à l’enquête devaient disposer de 200.000 dollars minimum à investir, y compris dans l’immobilier mais pas pour une résidence principale et avoir entre 40 et 75 ans. Parmi les pays concernés par l’étude : le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Suisse, les Etats-Unis, la Chine, le Japon, le Brésil, le Mexique, l’Australie, etc. En France, le profil type des sondés est : un homme (66%), en moyenne de 55 ans, avec 1,8 millions de dollars d’actifs et 339.000 dollars de revenu brut annuel.