Ces règles prévoient le maintien de l’indemnité à 84% du salaire net pour les salariés. La prise en charge du salaire à 100% est garantie pour les salariés au Smic.

Le maintien jusqu’à fin mai des conditions d’indemnisation du chômage partiel a été entériné mercredi 31 mars par la publication d'un décret. Concrètement, le texte prolonge le niveau de l’indemnité à 84% du salaire net pour les salariés concernés (100% pour un salarié au Smic) et un reste à charge nul pour les employeurs des secteurs les plus touchés par la crise (tourisme, culture, sport et loisirs, hôtellerie-restauration, transports… et les activités en dépendant). Pour les entreprises des autres secteurs, le reste à charge est de 15%.

Le gouvernement a déjà repoussé à plusieurs reprises, à chaque fois pour un mois, un éventuel durcissement des règles, qui verrait le reste à charge pour les entreprises passer à 40%. Pour leur part, les salariés concernés par le chômage partiel ne serait plus indeminsé qu'à hauteur de 60% de leur rémunératon brute, soit 72% du salaire net.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Au vu des nouvelles annonces que doit annoncer ce mercredi soir le chef de l'Etat face à l'évolution de la situation sanitaire, il est fort probable que le maintien des conditions actuelles du chômage partiel soit encore prolongé dans les mois à venir.

Classe fermée : comment bénéficier d'un arrêt de travail pour garder ses enfants