Électricité, gaz ou gaz + électricité : certains fournisseurs d’énergie français laissent à leurs clients le choix entre ces 3 formules. Y a-t-il un intérêt à opter pour les offres qui associent les deux énergies ? Revue des avantages et des inconvénients.

39 : le nombre des fournisseurs d’énergie d’envergure nationale recensés par le comparateur public Energie Info impressionne. Treize ans après la dérégulation du marché de l’énergie, les tarifs réglementés d’EDF et Engie (ex GDF), font effectivement face à une concurrence large et variée.

Parmi les fournisseurs alternatifs aux deux anciennes régies, une quinzaine sont « bi-énergie ». C’est-à-dire qu’ils distribuent à la fois du gaz et de l’électricité. C’est le cas, dans l’ordre alphabétique d’Alterna, Butagaz, ekWateur, Eni, Gaz de Bordeaux, Gedia, Greenyellow, Iberdrola, Mega Energie, Ohm Energie, Sowee, Ilek, Total Direct Energie, Vattenfall et Wekiwi.

Logiquement, ces acteurs encouragent leurs clients ou leurs prospects à les choisir comme fournisseur unique, par le biais d’offres couplées, incluant les deux énergies. Que valent exactement ces offres ? Sont-elles intéressantes financièrement ? Quels sont leurs points forts et leurs points faibles ?

Les fournisseurs favorisent-ils les clients qui optent pour les offres bi-énergie ?

Assez étrangement, c’est rare. Pour préparer cet article, nous avons fait le tour des sites web des fournisseurs gaz + électricité. Seuls 3 promettent clairement un avantage financier aux clients qui les choisissent.

Butagaz accorde, en permanence, une remise de 20 euros par contrat à partir du 2ème contrat, donc de 40 euros dans le cas d’une double souscription. Une prime valable une fois et déduite de la 1ère facture du client.

ENI valorise ses offres bi-énergie en accordant aux clients concernés une ristourne de 10% sur le prix hors taxe de leur abonnement électricité, de manière pérenne.

Sowee, filiale d’EDF, prévoit une remise de 5% du prix hors taxes à l’abonnement gaz si vous souscrivez également une offre électricité.

3 sur 17, c’est peu. D’autant que ces remises, quand elles sont proposées, semblent rencontrer le succès. Chez ENI, un client sur deux a opté pour une offre duale, nous explique la communication de la marque italienne. « On pourrait imaginer à l’avenir qu’un fournisseur fasse le choix de répondre à l’attente des consommateurs en proposant une offre bi-énergie qui soit à la fois plus confortable pour eux, puisqu’il n’y a qu’un interlocuteur, et plus intéressante financièrement », appelle de ses vœux le médiateur national de l’énergie, Olivier Challan Belval. Malheureusement, ce n’est pas le cas aujourd’hui.

Paie-t-on son gaz et son électricité moins cher avec les contrats bi-énergie ?

Non. Hors prime ou ristourne, les contrats bi-énergie ne sont, y compris chez les 3 fournisseurs cités ci-dessus, que la simple addition d’offres électricité et gaz disponibles par ailleurs, aux mêmes conditions et au même prix.

Conséquence : choisir ce type de package peut même être désavantageux. « Une offre bi-énergie est très rarement la plus intéressante du point de vue financier », confirme Olivier Challan Belval. Exemple à l’appui, tiré du comparateur public Energie Info.

Prenons le cas d’une famille vivant à Lyon, qui cuisine et se chauffe au gaz naturel. Avec une offre bi-énergie, sa facture annuelle s’élèvera, au moins, à 1 319 euros, toutes taxes comprises.

En choisissant deux fournisseurs différents, les plus compétitifs pour chacune des deux énergies, la facture annuelle sera de 1 300 euros TTC hors promotions. Avec les promotions actuelles, la facture peut même baisser jusqu’à 1 280 euros TTC !

Il s’agit évidemment d’un exemple précis. Il suffit toutefois de consulter l’état du marché - par exemple en regardant le rapport trimestriel de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) - pour se rendre compte que les acteurs les plus compétitifs en gaz et en électricité ne sont jamais les mêmes au même moment.

Quels sont les avantages des offres couplées ?

Le principal, voire l’unique avantage, est la simplicité. Avec les offres bi-énergie, vous n’avez qu’un interlocuteur au lieu de deux. De quoi rassurer certains consommateurs « que la multiplication des contacts inquiète », estime le médiateur national, qui poursuit : « Ces offres correspondent à une demande réelle des consommateurs qui avaient l’habitude avant l’ouverture des marchés de l’énergie de n’avoir qu’un seul fournisseur pour l’électricité et le gaz naturel. »

Cela peut paraître anecdotique, mais c’est effectivement un avantage très recherché : d’après le baromètre annuel Energie-Info publié en 2019, 62% des consommateurs pensent qu’il est préférable d’avoir l’électricité et le gaz chez un même fournisseur.

Est-il plus difficile de changer de fournisseur avec une offre bi-énergie ?

Non. Les formules gaz + électricité n’étant que le rapprochement de deux offres accessibles par ailleurs, on peut très facilement garder la partie gaz et changer de fournisseur pour l’électricité, et vice versa. Il suffit alors de contacter le nouveau fournisseur de votre choix pour basculer vers l’offre qui vous intéresse. Une procédure de changement qui, il faut le rappeler, est simple et rapide, surtout si vous disposez d’un compteur connecté Linky ou Gazpar.

Lire aussi : Les 4 infos à avoir sous la main pour comparer et changer de fournisseur

Seul (petit) obstacle : dans les cas, rares on l’a vu, d’offres bi-énergie s’accompagnant de ristournes, vous devrez logiquement renoncer à ces dernières.

Y a-t-il des litiges spécifiquement liés aux offres bi-énergie ?

Oui, nous a répondu Olivier Challan Belval, mais ils sont peu nombreux. « J’ai reçu quelques litiges liés à des offres bi-énergie qui posent problème, car elles montrent que certains fournisseurs ne respectent pas la réglementation », détaille le médiateur national de l’énergie. « Il s’agit de coupures pour impayés sur une énergie alors que c’était la facture de l’autre énergie qui n’était pas réglée. »

Bilan : l’offre idéale n’existe pas (encore ?)

Contrairement à d’autres domaines (les télécoms, les services internet, etc.), les fournisseurs d’énergie ne sont pas encore réellement saisis du potentiel de fidélisation des offres groupées proposées à moindre coût.

En attendant, avant de se décider ou non à opter pour une offre bi-énergie, il est conseillé de comparer séparément les prix de l’électricité et du gaz avec le reste du marché, et de décider ensuite si le surcoût de l’offre bi-énergie est compensé, ou non, par la simplicité qu’elle offre.

Pour vous aider, vous pouvez consultez le comparatif gaz et électricité de notre partenaire