De 2000 à 2020, le forfait mobile a changé d'ère : les communications ne sont plus qu'un service (illimité) parmi une offre très large et la différence entre les opérateurs se joue désormais sur la quantité de datas disponible. Bonne nouvelle pour le porte-monnaie des clients, le sans engagement est devenu la norme, faisant drastiquement baisser la facture mensuelle. Voici le 7e épisode de notre série sur la « valse des prix » au 21e siècle.

Décembre 1999, l’euro n'a pas encore remplacé le franc et les consommateurs s’arrachent le forfait Millenium de SFR : pour 265 francs par mois (environ 40 euros), les appels sont gratuits entre 20h et 8h mais aussi le week-end vers les abonnés de l’opérateur et vers les fixes. L’offre est un événement et les heureux bénéficiaires lui jurent fidélité à vie... ou tentent de le revendre d'occasion 2 ans plus tard pour des fortunes à l'heure du passage à la monnaie unique. Les 400 000 clients qui souscrivent Millenium sont loin d’imaginer qu'en 2020, 77 millions de cartes SIM seraient en service, dont près de 69 millions liées à un forfait bien meilleur marché que le leur, selon les chiffres de Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP).

Retour en 2000. A cette époque, le top du top, c'est le forfait Ola d’Itinéris (devenu Orange un an plus tard). Il coûte 165 francs pour une heure de communication (soit un peu moins de 25 euros) et la facture mobile moyenne des abonnés français s’élève à 26,2 euros hors taxe (TVA à 19,6% puis à 20% à partir de 2014). Elle continue de monter par la suite pour atteindre 28,7 euros en 2004 avant de baisser continuellement pour atteindre 15,8 euros en 2019.

La révolution Free, en 2012

La rupture, et le passage symbolique sous les 20 euros, intervient en 2012 avec l’arrivée d’un quatrième opérateur venu des box Internet, Free. La firme de Xaviel Niel propose un forfait 2h à 2 euros (0 euro pour ses abonnés Internet), une durée alors facturée 25 euros par Orange, et un autre illimité pour 19,99 euros (15,99 pour les abonnés Internet) quand la concurrence propose une facture d'environ 80 euros pour un service équivalent. Ainsi, entre 2010 et 2012, la facture moyenne passe de 21,7 euros à 17,2 selon les calculs de l'Arcep.

Au final, en 20 ans, la baisse des prix HT et la hausse du Smic horaire brut ont divisé par 2,5 le nombre d'heures de travail nécessaires pour régler un forfait téléphonique moyen. S'il fallait travailler 4,1 heures en 2000, 2,4 heures suffisaient en 2012 et seulement 1,6 heure en 2019.

Facture mensuelle d'un forfait mobile en France depuis 2000

Le sans engagement, nouvelle norme

Free a surtout provoqué l'avènement du sans engagement : le téléphone ne va plus de pair avec le forfait choisi (ce qui en faisait grimper le prix mensuel) et s’achète, parfois très cher, à part. Un format moins lourd pour le budget mensuel qui séduisait 7 clients sur 10 en 2017.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

Pour contrer l’arrivée de Free, Orange développe Sosh, SFR crée RED et Bouygues lance B&You, des marques low-cost, sans engagement, au service client limité et dont la gestion de compte se fait en ligne. Au même moment, des opérateurs virtuels (La Poste mobile, Virgin Mobile, NRJ Mobile, les banques ou les marques de grande distribution) apparaissent mais leur part reste marginale dans un secteur dominé à 86% par Orange (19,3 millions de clients), SFR (14,5 millions ), Bouygues (11,7 millions)... et Free (13,3 millions).

La bataille des datas

En 2020, les meilleurs forfaits se distinguent par la quantité de datas - les données téléchargées sur le téléphone via le réseau téléphonique ou le réseau Internet - proposée. Chaque Français en consomme en moyenne près de 10Go par mois via par exemple les applications de messageries Messenger, Whatsapp ou Telegram, mais aussi les réseaux sociaux comme Facebook ou Instragram.

Ainsi, selon le comparatif réalisée par CNet France en août 2020, les meilleurs offres du moment sont le forfait RED de SFR avec 80Go de data et les appels et SMS (dont l’usage est en baisse) illimités pour 14 euros par mois, ou encore un forfait à moins de 10 euros de La Poste Mobile avec 30Go de data. Quant au forfait de Free à 2 euros, il reste limité au strict minimum (50Mo) pour Internet quand le forfait à 19,99 euros propose lui 100Go. Une capacité que Bouygues, via B&You, propose pour 15,99 euros. On retrouve aussi de nombreuses offres avantageuses dont le prix augmente passé le premier anniversaire.

Résultat un forfait type à 12 euros par mois, moyenne de 2019, pour des appels illimités et 50Go de data. Millenium a pâli.