Les dates limites sont dépassées, mais la plateforme de déclaration en ligne reste ouverte jusqu’au mardi 30 juin. Vous pouvez encore corriger votre déclaration sans pénalités ! Notre pense-bête pour vous plonger une dernière fois dans la déclaration 2020 en quête d’erreurs ou omissions faciles à corriger.

La déclaration de revenus est le passage obligé pour effectuer certains choix fiscaux et réclamer des avantages auxquels vous avez le droit. Or, avec la toute nouvelle déclaration automatique, et plus généralement avec la déclaration préremplie, vous pouvez facilement les oublier…

Les cases piégeuses

Si vous n’avez pas de télévision chez vous

Un peu moins de 4 millions de foyers fiscaux cochent, habituellement, la case 0RA, synonyme d’absence de télévision, selon les statistiques de la Direction générale des Finances publiques (DGFiP). Difficile de savoir si ce chiffre correspond précisément au nombre de foyers ne possédant aucun téléviseur chez eux (résidence secondaire y compris). Mais les services de Bercy reconnaissent eux-mêmes que « beaucoup de contribuables oublient de cocher cette case » et risquent donc de payer à tort 138 euros en 2020. Car il faut bien cocher en l’absence de téléviseur, et laisser la case vide si vous avez une TV ! Bref, ne rien faire = déclarer une TV. Précision d’importance : un vidéo-projecteur équipé d'un tuner est assimilé à un téléviseur mais un ordinateur relié à une box Internet, non… Et attention : si vous cochez la case 0RA alors que vous avez une télévision, vous risquez 150 euros d'amende par téléviseur non déclaré.

Plus d’infos : Comment échapper à la redevance TV

Si vous remplissez les conditions du « parent isolé »

La rubrique « parent isolé » apparaît en tout début de déclaration. Les parents certifiant « vivre seul » avec un ou des enfants à charge, en 2019, doivent cocher la case T. Une action qui n’a rien de neutre : vous obtenez une demi-part supplémentaire, ce qui abaisse mécaniquement votre impôt, même si l’avantage est plafonné à 3 697 euros. Les foyers monoparentaux peuvent d'ailleurs cocher cette case même si les enfants sont en résidence alternée : l’avantage est divisé par deux. Si vous avez été parent isolé par le passé, pendant au moins 5 ans, et que vous vivez toujours seul, vous pouvez cette fois cocher la case L, l’avantage étant alors limité à 936 euros. Attention : les veuves et veufs doivent eux cocher la case V, plus intéressante fiscalement.

Plus de détails : Ce qu’il faut savoir avant de cocher la case « parent isolé »

Si vous touchez des revenus de placements bancaires

L’an passé, 8 millions de foyers fiscaux ont laissé la case 2OP vide (le choix par défaut) alors qu’ils auraient eu intérêt à la cocher. Montant perdu : 7 euros ou moins pour 4 millions de foyers, mais plus de 50 euros pour 1,6 million de ménages ! Vous êtes concerné si vous touchez des revenus du patrimoine (livrets non réglementés, certains PEL, certains revenus boursiers…) soumis, par défaut, au prélèvement forfaitaire unique (PFU), ou « flat tax », fixé à 12,80% pour l’impôt sur le revenu. Or les ménages non imposables et certains faiblement imposés ont intérêt à cocher la case 2OP pour renoncer au PFU et choisir une imposition au barème progressif, comme pour les revenus du travail.

Corriger = déclaration rectificative = 2e avis d’impôt

Corriger votre déclaration en ligne, en juin n’engendre aucune pénalité financière. La DGFiP va toutefois devoir effectuer une « taxation corrective ». Par conséquent vous allez recevoir un second avis d’impôt, après la mise à disposition du premier fin juillet sur impots.gouv.fr. Et le paiement (ou le remboursement du trop-perçu) se fera probablement en deux fois au lieu d’une cet été.

Lire aussi : Comment corriger votre déclaration de revenus après la date limite

Les réductions d’impôt oubliées

Si vos enfants sont au collège, au lycée ou à l’université

Vous avez le droit à une réduction d’impôt lorsque vos enfants à charge sont scolarisés au collège, au lycée ou dans l'enseignement supérieur. Indiquez dans ce cas le nombre d’enfants poursuivant leurs études en 2019 aux cases 7EA (collège), 7EC (lycée) et 7EF (enseignement supérieur), ou à la ligne juste en-dessous pour la résidence alternée. Cette réduction d’impôt est largement méconnue : Bercy cite cet oubli en 5e position des erreurs déclaratives les plus fréquentes. Chacune de ces cases est remplie par un peu plus d’un million de foyers chaque année, or l’Éducation nationale recense 3,4 millions de collégiens et 2,3 millions de lycéens…

Lire aussi : Êtes-vous sûr de n’avoir oublié aucune réduction d’impôt ?

Si vos enfants sont nés entre 2013 et 2019

Vos enfants avaient moins de 6 ans au 1er janvier 2019 ? Tous les frais de garde ouvrent droit au crédit d’impôt de 50%. Oui, tous les frais de garde, y compris le périscolaire, halte-garderie, le centre de loisirs, la crèche… et pas seulement les salaires des « nounous » et assistants maternels, seules charges préremplies sur votre déclaration grâce à vos déclarations Pajemploi. En cas d’oubli, rendez-vous à la ligne 7GA-7GB-7GC (selon l’enfant concerné). Comme il s’agit d’un crédit d’impôt, cet avantage profite aussi aux foyers non imposables.

Lire aussi : Comment profiter du crédit d’impôt pour garde d’enfants

Si vous donnez aux œuvres, partis politiques ou syndicats

Plus de 5 millions de foyers fiscaux déclarent chaque année des dons aux associations ou autres organisations caritatives. L’erreur courante, toutefois, est de se perdre dans la catégorisation des dons aux œuvres. Tous les dons 2019 aux organismes d’aide aux personnes en difficulté (Restos du cœur, Croix-Rouge, Secours populaire…) sont à remplir à la ligne 7UD, et ce même si le montant dépasse le plafond de la réduction à 75%, fixé à 546 euros cette année. Le fisc bascule alors le surplus dans l'autre catégorie de dons qui a un plafond de réduction de 66%. Par ailleurs, des cases spécifiques sont dédiées aux dons pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris (7UE), aux dons aux partis politiques (7UH) ou aux cotisations syndicales (7AC). A savoir : les cotisations syndicales n’ouvrent pas droit à une réduction mais à un crédit d’impôt ! Seule condition, pour y avoir droit : ne pas opter pour les frais réels (il faut dans ce cas les inclure aux frais réels).

Les oublis coupables

Si vous avez un compte « étranger » : Revolut, N26…

Vous avez une carte bancaire Revolut, N26, Anytime, Monese ou encore Bunq ? Tous ces établissements ont la particularité d’être basés à l’étranger. Si vous avez ouvert votre compte en 2019, ou que vous en possédiez un en 2019, vous êtes tenu d’informer le fisc de son existence, en remplissant l’annexe 3916. Pas de panique : déclarer ce compte de paiement à l’étranger n’aura aucune incidence sur le montant de votre impôt.

Lire aussi : Comment déclarer vos comptes N26, Revolut ou PayPal ?

Si vos enfants ou vous-même avez un job étudiant

Vous êtes étudiant (ou votre enfant à charge est étudiant) et vous avez compris qu’il n’est pas nécessaire de déclarer vos revenus ? C’est une faute ! Vous devez déclarer les revenus de vos jobs étudiants en appliquant une exonération partielle : ainsi les 4 564 premiers euros sont exonérés pour les étudiants de moins de 26 ans. Si les ressources tirées de votre job étudiant (ou du job de votre enfant) dépassent ce seuil, il faut déclarer le surplus : 436 euros si les revenus annuels du job étudiant grimpent à 5 000 euros, par exemple. Des revenus à indiquer à la ligne 1AJ si vous remplissez votre propre déclaration, à la ligne 1CJ-1DJ s’ils s’agit de votre ou vos enfants. En revanche, si les revenus proviennent d’un stage rémunéré, le seuil d’exonération est bien plus élevé (18 255 euros).

Lire aussi : Le rattachement fiscal des enfants est-il rentable ?

Si vos parents vous versent de l’argent régulièrement

Vos parents vous versent de l’argent, chaque mois ou du moins régulièrement, pour vous aider financièrement ? Faut-il déclarer ce complément de revenus au fisc ? Parlez-en avec vos parents, car tout dépend de la manière dont eux déclarent ces sommes. Un don régulier peut ainsi être considéré comme un « présent d’usage » tant qu’il apparaît raisonnable à la vue de leurs ressources financières. Si c’est le cas, ni vos parents ni vous n’avez à déclarer ces sommes. Cependant, si vos parents choisissent de comptabiliser ces dons comme une pension alimentaire (ce qui réduit leurs impôts), ils renseignent le décompte sur leur déclaration : un choix possible à condition d’être en capacité de démontrer au fisc que vous avez besoin de ce soutien financier pour vivre. Vous devez alors renseigner ces sommes, dans la catégorie « revenus », à la ligne 1AO (« pensions alimentaires perçues »).

D’autres erreurs fréquentes

Impossible de faire une liste exhaustive de tout ce que vous auriez dû modifier, tant les situations sont diverses, mais aussi parce que la déclaration préremplie n’intègre pas toutes les familles de revenus. N’oubliez pas, entre autres, de renseigner les revenus tirés de plateformes telles qu’Airbnb, qui ne sont pas encore préremplis, ni les chèques-vacances quand le plafond annuel de 1 539 euros est dépassé, ni certains cadeaux de l’employeur...

Plus d’infos : 14 erreurs à éviter sur votre déclaration de revenus