Bonne nouvelle pour les retraités du privé : après avoir profité d'une revalorisation anticipée de 4% début septembre sur la retraite de base, la complémentaire Agirc-Arrco va augmenter comme chaque année au 1er novembre. Et, finalement, l'augmentation devrait frôler les 5% !

Casse-tête, ce calendrier ! La loi pouvoir d'achat a acté une revalorisation exceptionnelle de 4% des retraites de base, dont celle versée par la Cnav, à compter de la pension de juillet. Une pension versée début août... mais la loi n'a pas été publiée à temps. C'est donc le 9 septembre que votre retraite de base a augmenté de 4%. Mieux : la pension de septembre était doublement bonifiée, car la Cnav vous a rétroactivement versé la hausse du mois d'août qui n'avait pu l'être.

Prochaine revalorisation, pour les ex salariés du privé : le mercredi 2 novembre. Le régime complémentaire Agirc-Arrco appliquera à cette date sa hausse annuelle. Après une décevante revalorisation de 1% l'an passé, sera-t-elle au niveau de l'inflation ?

Retraites complémentaires : quelle hausse pouvez-vous espérer ?

Comment est revalorisé la complémentaire Agirc-Arrco ?

Le système est totalement différent de celui qui s'applique à l'Assurance retraite pour la pension de base. L'Agirc-Arrco, instance paritaire mêlant organisations patronales et syndicats salariés, revalorise la valeur de son point de retraite au « 1er novembre de chaque année », comme prévu dans l'accord interprofessionnel de novembre 2017. Un texte précisé par un autre accord, datant lui de mai 2019 : il prévoit une revalorisation annuelle calquée sur le rythme de l'évolution du « salaire annuel moyen des ressortissants du régime » pour l'année en cours. Autrement dit l'estimation du salaire moyen par tête (SMPT) estimé par l'Insee pour l'année 2022.

Entrent en ligne de compte deux autres paramètres : l'inflation et la « soutenabilité » financière du régime. En clair : si les salaires progressent trop vite, le point progresse au rythme de l'inflation. Sinon, c'est le salaire moyen par tête qui fait autorité.

Quelle est la revalorisation probable, à ce stade ?

4,8%. Telle est à ce stade, selon nos informations, le résultat de cette formule de calcul pour 2022, telle qu'elle a été présentée aux représentants des syndicats et des organisations patronales mardi 13 septembre en commission technique et financière de l'Agirc-Arrco. L'inflation étant cette année supérieure à l'évolution des salaires, c'est le salaire moyen par tête qui explique cette progression.

Quelle compensation pour la faible revalorisation de l'an passé ?

+0,1 point. Soit 4,9% de progression au 1er novembre, selon les premières estimations présentées cette semaine en commission technique. Pourquoi ? Car l'an passé l'Agirc-Arrco a certes assumé une revalorisation inférieure à l'inflation, en utilisant sa marge de 0,5 point pour préserver son équilibre financier : l'inflation annuelle (1) était annoncée à 1,5% par l'Insee, ce qui permettait à l'Agirc-Arrco d'appliquer une revalorisation de 1%. Problème : l'Insee a finalement annoncé 1,6% d'inflation annuelle. Or, « l'accord prévoit un rattrapage automatique » si l'inflation est corrigée. L'Agirc-Arrco ne pouvait pas utiliser une marge de 0,6 point l'an passé. Le régime est donc contraint de corriger le tir et de rajouter 0,1 point à la formule de calcul 2022. Donc 4,9% au lieu de 4,8% de hausse annuelle si les projections sont confirmées.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Cette augmentation est-elle assurée ?

Non. Le fonctionnement de l'Agirc-Arrco est complexe et les différentes parties prenantes peuvent chercher à déroger à la marge à la formule de calcul théorique. Une chose est sûre : la revalorisation annuelle sera significative, très probablement supérieure aux 4% appliquée de façon anticipée (sinon la hausse aurait attendue le 1er janvier) sur la retraite de base.

Quels sont les positions des syndicats salariés et patronaux ?

« Nous estimons qu'il faut aller au-delà », répond à MoneyVox Régis Mezzasalma, conseiller confédéral retraites à la CGT, qui réclame un « coup de pouce supplémentaire » face à l'inflation galopante. La hausse des prix pourrait culminer à 6,6% en décembre selon les projections de l'Insee (et 5,3% en moyenne annuelle).

« Nous allons demander la plus forte augmentation possible », déclare Michel Beaugas, secrétaire confédéral FO auprès de Merci pour l'info. Et côté patronal ? « Une règle a été fixée par l'accord national interprofessionnel et donc il faut s'y rapporter », affirme à Capital Eric Chevée, de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME).

Quand saurez-vous quelle est l'augmentation actée ?

Le jeudi 6 octobre, jour où se tient le prochain conseil d'administration de l'Agirc-Arrco. Une instance décisionnaire où siègent d'une part des administrateurs désignés par les organisations patronales Medef, la CPME et l'U2P, et d'autre part des administrateurs désignés par les syndicats CFDT, CFE-CGC, CFTC, FO et CGT.

Retraite : de combien votre pension doit augmenter en septembre puis cet automne ?

(1) L'indice des prix à la consommation en moyenne annuelle hors tabac.