C'est l'un des imposants dossiers de la rentrée. La réforme des retraites figurera au menu du Conseil national de la refondation, nouvelle instance de « dialogue » voulue par Emmanuel Macron pour lancer plusieurs vastes chantiers dont celui des retraites. Ensuite, le gouvernement mettra une réforme sur la table, probablement à l'automne.

L'un des grands chantiers de ce second quinquennat Macron... mais probablement pas le plus prioritaire de cette rentrée 2022. D'ailleurs, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, qui qualifiait cette réforme d'« indispensable » en juin dernier, a déclaré lundi 29 août sur France Inter : « Ce n'est pas ce qu'il faut faire le 1er septembre, alors qu'on a plein d'autres problèmes (...) nous ne voulons pas relancer le dossier à ce stade et préférons insister sur le chantier de l'assurance chômage qui est déjà lancé. »

La réforme des retraite version 2022 n'est toutefois pas reléguée aux oubliettes, comme l'a été celle esquissée lors du quinquennat précédent, pour cause de Covid-19. La Première ministre Elisabeth Borne a rappelé lundi que ce chantier fait bel et bien partie des dossiers sur la table du gouvernement : « Pour l'équilibre de notre système, il nous faudra progressivement travailler un peu plus longtemps. Nous le ferons en fonction de la pénibilité, des carrières longues, du maintien dans l'emploi des seniors. (...) Nous mènerons des concertations dès l'automne. »

Le CNR... avant d'entrer dans le vif du sujet à l'automne

Avant l'automne, la question de la réforme des retraites sera abordée lors du Conseil national de la refondation (CNR), nouvelle instance de « dialogue » voulue par Emmanuel Macron pour lancer plusieurs vastes chantiers : école, santé, service public, travail... et donc retraite. Le ministre du Travail Olivier Dussopt a plus précisément détaillé le calendrier de la réforme mercredi dernier sur France Info : le CNR dans un premier temps, puis des discussions plus spécifiquement dédiées aux retraites avec les partenaires sociaux « à l'automne ». Avant, donc, tout dépôt de projet de loi au Parlement.

L'objectif du président de la République est une entrée en vigueur de cette réforme des retraites dans un an : « Quant au travail sur la réforme des retraites, qui est indispensable au financement de nos transformations, il commencera après ce conseil [national de la refondation] et la réforme entrera en vigueur dès l'été 2023 », avait déclaré Emmanuel Macron début juin dans un entretien avec plusieurs titres de presse régionale. Mais c'était avant les législatives, qui se sont soldées par une majorité relative à l'Assemblée nationale...

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Les 65 ans ? « Il n'y a pas de totem en la matière »

Le recul de l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans, contre 62 actuellement, annoncé par le président-candidat Marcon au printemps dernier, est-il négociable ? « Il n'y a pas de totem en la matière », a répété Olivier Dussopt, en faisant référence aux prises de position récentes d'Elisabeth Borne.

Pour rappel, l'âge légal est aujourd'hui de 62 ans mais, à ce jour, il faut souvent travailler plus longuement pour atteindre l'âge du taux plein. Un taux plein qui n'est acquis automatiquement qu'à 67 ans.

Retraite : combien gagnerez-vous à 62, 65 ou 67 ans ?