La Banque de France vient de publier les performances 2018 des fonds actions, obligataires et autres fonds patrimoniaux. Et comme on pouvait s’y attendre, elles sont des plus maussades. En moyenne, les OPC ont perdu plus de 5% de leur valeur sur un an.

Dans le détail, ce sont les fonds composés uniquement d’actions qui accusent les plus lourdes pertes. A fin décembre 2018, leur rendement moyen chute de 12% sur 12 mois. Les OPCVM investis principalement sur des actions européennes sont les plus affectés, comme en attestent les résultats récents communiqués par le gestionnaire Trusteam Finance. Ses fonds dynamiques misant sur des actions internationales ont perdu 8%, contre -13% à -20% pour les OPC investis en titres européens.

Les trackers actions, qui répliquent les performances d’indices de référence, s’en sortent logiquement mieux. Leur rendement reste toutefois négatif à -6,1% en moyenne. Les fonds mixtes voient, eux, leur rentabilité décliner de 5,9% sur un an. Une moindre contre-performance due à la présence d’obligations. En effet, dans cette morosité ambiante, le rendement des supports comportant uniquement des actifs obligataires contraste par sa relative stabilité à -0,9% à fin 2018, après +0,6% fin 2017.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Voyant les rendements chuter, les épargnants ont réagi dès l’été 2018. Ils se sont désinvestis des OPC en 2018. Tous supports confondus (hors monétaires), l’encours investi atteint 1 198 milliards d’euros à fin décembre, soit 9% de moins par rapport à janvier 2018.

Lire aussi : 5 conseils pour débuter en bourse avec les fonds