La Direction générale des Finances publiques (DGFiP) vient de publier son dernier rapport sur l'impôt sur la fortune immobilière (IFI). Et sous ses apparences austères, ce document contient plusieurs informations croustillantes sur les ménages les plus riches de France.

C'est l'une des mesures emblématiques du premier quinquennat d'Emmanuel Macron : depuis le 1er janvier 2018, l'impôt sur la fortune immobilière (IFI) remplace l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Souvent décrié, ce nouvel impôt concerne les foyers propriétaires de biens immobiliers sur le territoire français d'une valeur imposable totale supérieure à 1,3 million d'euros. Voici 6 chiffres chocs tirés du dernier rapport de la Direction générale des Finances publiques (DGFiP) pour mieux comprendre l'IFI.

1. Combien de personnes ont payé l'IFI en 2021 ?

L'an dernier, près de 153 000 foyers ont reçu un avis d'impôt sur la fortune immobilière de la part de l'administration fiscale, soit 0,37% des foyers imposables en France. C'est 7% de plus qu'en 2020. Une tendance qui s'expliquerait en grande partie par la hausse des prix de l'immobilier en 2020, selon la DGFiP. Et pour cause : d'après les estimations de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), la valeur des biens immobiliers détenus par les Français a bondi de +5% en 2020.

2. A quel point les foyers redevables de l'IFI sont-ils riches ?

En moyenne, les foyers soumis à l'IFI ont déclaré un revenu imposable annuel de 143 700 euros, en baisse de 4% sur 1 an. A titre de comparaison, les foyers qui ne sont pas soumis à cet impôt ont déclaré en moyenne un revenu imposable de 25 500 euros en 2021 (soit environ cinq fois moins). Dans le détail, la moitié des foyers « IFI » disposent d'un revenu imposable inférieur à 100 000 euros. Un quart d'entre eux gagne moins de 61 000 euros, tandis que les 25% les plus aisés ont des revenus supérieurs à 158 000 euros par an.

3. Combien l'IFI rapporte-t-il à l'Etat ?

Le montant d'IFI s'élève en moyenne à 11 000 euros par foyer. Un chiffre stable par rapport à l'année précédente (+0,5%). Au total, l'Etat a collecté 1,67 milliard d'euros d'IFI en 2021, soit 7% de plus qu'en 2020. La hausse s'explique principalement par l'augmentation du nombre de foyers redevables de l'IFI, précise la DGFiP dans son rapport.

Économisez jusqu'à 70% sur votre assurance emprunteur

4. Quel est l'âge moyen des déclarants ?

Sans surprise, les foyers soumis à l'IFI sont plus âgés que ceux déclarant l'impôt sur le revenu. En moyenne, l'âge du premier déclarant « IFI » est de 69 ans, contre seulement 52 ans pour les ménages assujettis à l'impôt sur le revenu, qu'ils déclarent ou non l'IFI. Le premier déclarant est âgé de 45 à 64 ans dans trois foyers « IFI » sur dix. A contrario, seuls 3% des foyers soumis à l'IFI ont un premier déclarant âgé de 44 ans ou moins.

5. Où habitent les ménages soumis à l'IFI ?

C'est en Île-de-France et dans les grandes villes, que ce soit en France ou à l'étranger, que l'on retrouve la plus forte concentration de ménages redevables de l'IFI. Rien qu'à Paris, ils seraient plus de 40 000, selon les estimations de la DGFiP, soit plus d'un quart des déclarants. Viennent ensuite les départements des Hauts-de-Seine (14 000 foyers) et des Yvelines (7 000 foyers). Par ailleurs, 7 000 foyers « IFI » résident à l'étranger. A l'inverse, c'est dans les départements de la Meuse, de la Haute-Marne, de la Haute-Saône, des Ardennes, de l'Ariège et des Vosges que l'on recense la plus faible proportion de foyers soumis à l'IFI.

6. Combien donnent-ils pour payer moins d'impôts ?

En 2020, plus de 29 000 foyers soumis à l'IFI ont indiqué avoir fait des dons à des organismes d'intérêt général, pour un montant total de 176 millions d'euros. Soit plus de 6 000 euros par foyer donateur en moyenne. Sur 1 an, ce montant augmente de 12%. Au total, ces dons ont donné lieu à 123 millions d'euros de réduction d'impôt, ce qui représente en moyenne 4 200 euros par foyer, soit près d'un tiers de l'IFI dont ces foyers étaient redevables.

Le montant moyen des dons augmente en fonction du niveau de patrimoine immobilier imposable des foyers, relève la DGFiP. Ainsi, les ménages avec un patrimoine valorisé entre 1,3 et 2,5 millions d'euros ont donné 3 400 euros en moyenne. Dans le même temps, les foyers dont le patrimoine est supérieur à 10 millions d'euros ont déclaré des dons d'environ 29 000 euros.

Défiscalisation : tous les dispositifs pour réduire vos impôts