Ce crédit d'impôt pourra être utilisé, dans la limite d'un par foyer fiscal, pour un premier abonnement à un quotidien national, régional ou à un titre de presse magazine d’information et sans conditions de ressources.

Une aide pour relancer la presse écrite et en ligne ? Députés et sénateurs se sont accordés en Commission mixte paritaire (CMP) sur le projet de loi de finances rectificative, votée hier à l’Assemblée nationale, sur un crédit d'impôt pour les abonnements de presse. Ce texte de loi doit passer l'étape Conseil constitutionnel avant de pouvoir entrer en vigueur.

Ce crédit d'impôt pourra être utilisé, dans la limite d'un par foyer fiscal, pour un premier abonnement à un quotidien national ou régional ou à un titre de presse magazine d’information et ce sans conditions de ressources contrairement à la première version du texte. Le plafond de 50 euros a lui aussi été supprimé. Ce crédit d'impôt sera égal à 30% des dépenses engagées par le contribuable. L'abonnement à un kiosque de presse en ligne n'est pas éligible.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

L’enjeu pour la presse sera donc de convaincre le nouveau lecteur de se réabonner une fois le crédit d’impôt terminé. La perte de recettes pour l'Etat, liée à la suppression de la condition de revenus et du plafond, sera compensée par la création d'une taxe additionnelle sur le tabac selon le texte de la CMP.