Dès janvier 2023, le bouclier tarifaire du gouvernement sur l'énergie va être allégé et les tarifs vont augmenter de 15%, a annoncé mercredi Elisabeth Borne. Des chèques énergie seront versés à 12 millions de foyers français cet hiver pour faire face à la hausse des prix.

Pour aider les ménages les plus en difficulté, la Première ministre Elisabeth Borne a annoncé mercredi que des chèques énergie exceptionnels seront versés à 12 millions de foyers français d'ici la fin de l'année pour faire face à la hausse des prix du gaz et de l'électricité. Le coût total de l'opération - 1,8 milliard d'euros - sera pris en charge par l'Etat.

« Ce ne sont pas les Français en situation de précarité énergétique sur qui les efforts doivent reposer », a insisté Elisabeth Borne. Ce chèque sera compris entre 100 euros (pour un couple de deux enfants avec 3 000 euros de revenus net) et 200 euros pour une mère seule avec deux enfants et touchant le Smic, a illustré la cheffe du gouvernement. Le chèque énergie pourra aussi être délivré pour un chauffage au fioul ou à bois, a précisé la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher.

Dans le détail, le chèque énergie de 200 euros sera destiné aux 20% des foyers les plus modestes tandis que les foyers des déciles 3 et 4, situés entre les 20% les plus pauvres et les 60% les plus aisés, percevront 100 euros.

Mais ce geste est insuffisant selon l'association de défense des consommateurs CLCV qui attend « une plus forte revalorisation du chèque énergie et une extension aux couches moyennes. Le chèque énergie pourra se situer entre 200 euros et 600 euros selon les revenus. »

En 2022, le chèque énergie, d'une valeur de 48 à 277 euros, bénéficient à 5,8 millions de ménages. Le gouvernement leur avait déjà envoyé un premier chèque exceptionnel de 100 euros en décembre 2021 pour faire face à la flambée des prix de l'énergie. Ce chèque permet de mieux cibler les ménages qui en ont besoin.

Une hausse des prix de 15%

Ce nouveau chèque exceptionnel va permettre de limiter les effets de l'allègement du bouclier tarifaire à partir de 2023. En effet, les tarifs réglementés de l'électricité et du gaz vont augmenter de 15%. Cette hausse sera effective dès janvier pour le gaz et à partir de février pour l'électricité. Cela correspond en moyenne à une hausse de la facture de l'ordre de 25 euros par mois pour les ménages qui se chauffent au gaz et de 20 euros pour ceux qui se chauffent à l'électricité. Une augmentation 8 à 9 fois moindre que si les prix s'étaient alignés sur ceux du marché.

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

Cette hausse des tarifs réglementés de l'énergie concerne tous les ménages, les copropriétés, les logements sociaux, les petites entreprises et les plus petites communes.

« Nous le savons bien, cette augmentation de 15%, même au lieu de 120%, n'est pas anodine pour de nombreux Français », a reconnu Elisabeth Borne. « C'est l'engagement que nous prenons. L'écart ne sera pas sur les factures des consommateurs. En 2024, ou plus tard, il sera pris en charge par l'Etat », a-t-elle assuré.

Ce nouveau bouclier tarifaire coûtera 16 milliards d'euros, a annoncé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. « Pour être tout à fait précis, il coûtera 11 milliards d'euros pour le gaz et 5 milliards pour l'électricité », a détaillé le ministre de l'Economie. Depuis octobre 2021, les prix du gaz avaient été gelés et la hausse de ceux de l'électricité limitée à 4%.