La flambée des prix réglementés du gaz à compter du 1er décembre aurait dû atteindre 42% au 1er décembre. Le gouvernement a décidé de les geler. Mais les consommateurs devront bien finir par payer.

Un ouf de soulagement pour les 5 millions de ménages qui dépendent encore des tarifs réglementés d'Engie. Le gouvernement a décidé de geler les prix du gaz jusqu'à la fin 2022 face à l'envolée des cours. Les consommateurs ont déjà échappé à une première flambée de 19,5% TTC au 1er novembre. Idem pour décembre.

Le régulateur du secteur de l'énergie, la CRE, vient de révéler ce mardi qu'une nouvelle hausse de 19,1% a été évitée à compter du mois prochain. « Le niveau moyen des tarifs réglementés de vente au 1er décembre 2021, aurait été supérieur de 46,5% HT, soit 41,9% TTC par rapport au niveau en vigueur fixé au 1er octobre », explique la Commission de régulation de l'énergie dans un communiqué.

L'exécutif a donc bloqué ces hausses successives qui n'en finissent pas. Il faut dire que les consommateurs avaient déjà dû faire face à un bond de 10% en juillet, de plus de 5% en août, de 8,7% en septembre et encore de 12,6% en octobre.

Un blocage temporaire

Dans ce contexte, un chèque énergie exceptionnel de 100 euros sera envoyé à plus de 6 millions de ménages le mois prochain. Dans le même temps une indemnité inflation de 100 euros sera versée à 38 millions de particuliers pour faire face notamment à la flambée des prix de l'énergie au cours des derniers mois.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

Pour autant, le blocage des prix du gaz ne peut être qu'une mesure temporaire. A compter de 2023, les clients des tarifs réglementés d'Engie, mais aussi des fournisseurs alternatifs dont les offres dépendent des prix régulés par l'Etat, devront passer à la caisse. Il faudra probablement payer plus cher le gaz que les cours du marché pour que les opérateurs puissent récupérer progressivement les sommes non payées par les abonnés. Bonne nouvelle malgré tout, le gouvernement a fait savoir qu'il prendrait à sa charge une partie de ce rattrapage. Reste à savoir à quel niveau !

Economisez sur votre facture d'énergie