Le courtier Degiro, déjà catégorisé low-cost, veut casser les codes de la bourse en ligne avec sa plateforme Deziro, annoncée sans frais de courtage ni commission sur les achats et ventes d’actions. Le site sera exclusivement financé par la publicité promet le courtier. Le lancement en France est prévu pour le début d’année 2016.

« Du trading et de l’investissement avec zéro coût. Aucun frais. Rien. Nada. » Sur son site, non opérationnel, Deziro se veut très offensif. Et voici comment cette plateforme de courtage en ligne justifie la viabilité de son modèle économique : « Le passage de ''peu cher'' à zéro coût est rendu possible grâce un modèle basé intégralement sur des revenus publicitaires. »

Attendu pour le début 2016 en France, Deziro doit être lancé dans une vingtaine de pays, dont les Etats-Unis, dans les « douze prochains mois ». Les personnes intéressées sont invitées à renseigner leur e-mail sur le site, l’accès au service devant se faire par « ordre d’arrivée ». Le service presse de Degiro n’a pu confirmer que le lancement sera effectif en France dès le mois de janvier.

Possible d’acheter des fractions d’actions

Le courtier néerlandais Degiro a débarqué récemment sur le marché de la bourse en ligne. Il n’a ouvert sa plateforme aux particuliers en Hollande qu’en septembre 2013, et s’est lancé sur le marché français en juin 2014.

Lire à ce propos : Le courtier en ligne low-cost DeGiro se lance en France

Afin d’ouvrir sa nouvelle plateforme au plus grand nombre, le courtier annonce dans un communiqué que Deziro permettra « le placement d’ordres fractionnés pour que même les ''plus petits investisseurs'' puissent investir ». L'investissement en fractions est aussi promis sur Degiro, où il est annoncé comme « bientôt disponible ». Cela permet d’acheter 1/10 du titre d’une entreprise cotée, par exemple.

Dans le même communiqué, le courtier annonce des investissements possibles dans « les fonds négociés en bourse (ETFs), les petites capitalisations et les produits dérivés », non sans ajouter « contre des frais dérisoires », qui vaudront donc pour ces produits spécifiques. Certains services optionnels devraient eux être payants.

Comparatif livrets d'épargne : 10 offres comparées, jusqu'à 2% de rendement

« Nous avons la ferme conviction que notre modèle à zéro coût, fondé sur le financement publicitaire, jouera un rôle majeur dans l’avenir du trading », argumente Gijs Nagel, directeur de Degiro, dans le communiqué. « Il y a seulement 10 ans, l’idée de ne jamais avoir à payer pour un service de trading en ligne aurait été totalement absurde ; le temps du changement est arrivé. »