Les particuliers ayant l’habitude d’investir sur les marchés financiers ont perdu confiance envers les principales familles d'actions selon le baromètre CSA-Ossiam-Les Echos. L’indice de confiance accusant la chute la plus vertigineuse est celui des actions européennes.

Créé voici très exactement un an, ce baromètre relève pour la première fois en quatre éditions une chute de l’ensemble de ses indices de confiance. Cette étude interroge chaque trimestre à la fois des particuliers « investisseurs individuels avertis et actifs sur les marchés financiers » et des « experts de la finance », professionnels du marché. La vague publiée vendredi dernier montre la nette chute de confiance des investisseurs particuliers et celle, plus mesurée, des experts de la finance envers les principales familles d’actions.

Jusqu’à présent, les actions européennes faisaient office de valeurs sûres. Leurs indices de confiance (1) étaient très nettement les plus hauts lors des trois premières éditions du baromètre : autour des 20 points pour les experts de la finance, entre 12 et 15 points pour les particuliers. La dernière édition de ce baromètre marque une très nette chute de confiance puisque l’indice des titres européens tombe à 5,1 chez les experts et à 6,3 chez les particuliers.

Ces deux publics font désormais plus confiance aux actions US, notées 6,8 chez les « experts » et 7,6 chez les particuliers. Les professionnels de la finance ont ainsi clairement dégradé la note des actions européennes et plus légèrement baissé celles des actions américaines et pays émergents.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 11 contrats comparés

Les actifs immobiliers mal classés

Du côté des particuliers, c’est l’ensemble des actions qui voient leur indice de confiance revu nettement à la baisse, même si la chute est moindre que pour les titres européens. Les actions pays émergents (3,3) figurent ainsi toujours en queue de peloton. A noter : ce baromètre prend aussi le pouls des sondés sur la classe d’actif immobilier. Celle-ci n'a jamais plu aux « experts », au contraire des particuliers. Ces derniers ont toutefois changé d'avis au dernier trimestre 2014 puisqu'ils expriment désormais eux aussi leur défiance à son égard.

Comment expliquer ce déficit de confiance envers l’ensemble des actifs évoqués ? Les particuliers invoquent en premier lieu le « contexte géopolitique » selon le communiqué de la société de gestion Ossiam. A noter : les experts de la finance prévoient pour leur part une forte volatilité des actions européennes lors des douze prochains mois.

(1) Ce baromètre livre ses résultats en indices, qui permettent ainsi de mesurer des évolutions. L’étude a été réalisée par téléphone et par internet du 6 au 28 octobre 2014 auprès de 89 experts de la finance (analystes, gérants d’actifs, etc.) et de 100 investisseurs particuliers.