Les cotisations des assureurs « n'ont augmenté que de 2,5% », s'est défendu le directeur général d'Aéma Adrien Couret, autre participant à la réunion à Bercy et interrogé sur le sujet par BFM Business.

Les assureurs et leurs fédérations professionnelles, reçus mercredi par le ministre de l'Economie, identifient peu de leviers dans leur industrie, aussi touchée par l'inflation, pour soulager le portefeuille des Français. Les complémentaires santé surtout « n'ont pas de marge de manœuvre », explique à l'AFP Marie-Laure Dreyfuss, déléguée générale du Centre technique des institutions de prévoyance (CTIP) et conviée par Bruno Le Maire. Elle rappelle que le secteur « a déjà payé un lourd tribu à la crise » du Covid-19 et n'a toujours pas retrouvé l'équilibre.

Mais depuis un autre fléau est venu toucher les Français, celui de l'inflation qui a atteint 5,2% sur un an en mai, freinant la consommation des ménages. Les cotisations des assureurs « n'ont augmenté que de 2,5% », s'est défendu le directeur général d'Aéma Adrien Couret, autre participant à la réunion à Bercy et interrogé sur le sujet par BFM Business.

Le dirigeant, qui n'écarte pas de nouvelles hausses d'ici à la fin de l'année, a également mis en avant le poids dans les comptes des assureurs des catastrophes naturelles, prenant en exemple les fortes intempéries ces dernières semaines en France.

Les assureurs se voient par ailleurs présenter des factures en hausse, notamment le prix pièces détachées dans l'automobile. Une aubaine pour renvoyer la balle au gouvernement sur ce sujet, appelé à davantage libéraliser ce marché pour limiter la hausse des cotisations.

Assurance auto : économisez jusqu'à 340 € grâce à notre comparateur en ligne

M. Couret en a aussi appelé aux assurés, invités à « faire attention » à leurs déplacements quand c'était possible, évoquant par exemple le covoiturage.

Un nouvelle réunion à Bercy est prévue dans une quinzaine de jours.