Les Français pourraient demander plus d'argent à leurs assureurs. Par méconnaissance de leurs contrats ou par peur des lourdeurs administratives ou par méconnaissance, 56% des assurés renoncent à déclarer les petits sinistres du quotidien, révèle une étude.

Dégâts des eaux, clés égarées, vol de bagages... Autant de petits tracas du quotidien qui peuvent vous coûter cher. Selon une étude de la start-up Lyanne, réalisée avec le cabinet de conseil Julhiet Sterwen et Happydemics, pareilles mésaventures sont monnaie courante : vous êtes 51% à avoir déjà subi de tels sinistres.

Bien souvent, des assurances existent pour vous prémunir de ces désagréments et des éventuels surcoûts qu'ils peuvent générer. Pourtant, lorsqu'ils y sont confrontés, seule une minorité d'assurés (44%) ont le réflexe de faire appel à leur assureur.

Résultat : si les assureurs versent en moyenne 40 milliards d'euros par an à leurs assurés, ce montant colossal ne représente en réalité qu'une infime fraction des indemnités auxquelles les Français ont le droit.

Assurance habitation : faut-il souscrire en groupe ?

Manque d'information

En cause, une mauvaise information des assurés : un Français sur deux n'a jamais lu les conditions générales de ses contrats d'assurance. Et seuls 20% des sondés déclarent très bien connaître les garanties couvertes. Sans surprise, un Français sur deux a donc déjà découvert que le sinistre qu'il souhaitait déclarer n'était pas couvert par son contrat.

Lorsqu'ils engagent des démarches, 36% des Français ayant vécu un sinistre ne vont pas jusqu'au bout de la procédure. Les abandonnistes invoquent avant tout les « lourdeurs administratives » auxquelles ils se heurtent (32%).

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Même quand ils parviennent à accomplir toutes les démarches nécessaires, un tiers des assurés se heurtent à un refus de l'assureur. Auquel cas, ils se sentent alors démunis : 45% des sondés ne connaissent pas les recours possibles en cas de désaccord avec leur assureur. Pire : seuls 27% d'entre eux ont déjà entendu parler du médiateur de l'assurance.

Pour Li, co-associée chez Lyanne, « Beaucoup trop d'assurés abandonnent leurs demandes d'indemnités auprès de leur assurance, notamment parce qu'ils se découragent, ne comprennent pas les démarches ou sont mal conseillés. Et tout cela, ce sont des milliards d'euros qui ne sont pas redistribués volontairement à des gens qui en ont pourtant besoin ».

Face à ce constat, la start-up propose notamment aux internautes un outil gratuit pour analyser leurs contrats d'assurance, détecter les éventuels doublons et, le cas échéant, réaliser de substantielles économies.

Assurance auto, habitation... Ce qu'il faut savoir