Après un accord minimaliste entre le Medef et deux syndicats, les pensions de retraite complémentaires augmenteront mais moins que la hausse des prix. Pour diminuer le déficit des régimes Agirc-Arrco, l'autre option sur la table était un gel du point comme en 2020.

Les pensions de retaites complémentaires ne seront plus indexées sur l'inflation à partir du 1er novembre prochain, selon Le Parisien. Cette option a été privilégiée par les syndicats dans leurs discussions avec le Medef à un gel total des pensions comme en novembre 2020. Selon les informations du quotidien, qui confirment des pistes évoquées dès le mois de juillet dernier, les pensions de retraite seront sous-indexés de 0,5 point par rapport à la hausse des prix. Ainsi au lieu de voir le point augmenter de 1,4%, celui-ci ne monterait que de 0,9%.

Le Medef, la CFDT et la CFTC sont les trois syndicats qui se sont mis d'accord sur cette formule. L'accord est donc minoritaire mais va profiter du fait que sur les trois autres centrales syndicales, seule la CFE-CGC usera de son droit de veto. « Il y a un risque juridique si l’on dénonce cet accord : que les retraités se retrouvent avec zéro augmentation. Il vaut mieux ça que rien ! » justifie Michel Beaugas, négociateur de FO, au Parisien. La CGT devrait également en rester là.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

La décision finale est attendue pour le 1er octobre mais le déficit de quatre milliards d’euros des régimes Agirc-Arrco (13 millions de retraités, 23 millions de cotisants) en 2020 rend ce scénario inéluctable. Les complémentaires représentent jusqu’à 60% du montant de la retraite des ingénieurs, des cadres, des techniciens ou des agents de maîtrise.

Retraite : 3 questions sur ce qui vous attend d'ici la fin 2021