Encéphalogramme plat pour les livrets bancaires. Malgré la concurrence du Livret A (1% net) et l'inflation à près de 5%, leur rémunération reste scotchée sous les 0,10%.

0,09%. C'était en avril le rendement moyen des livrets bancaires dits « ordinaires », donc hors épargne réglementée, selon les chiffres publiés ce jeudi, comme chaque mois, par la Banque de France. Net de prélèvement forfaitaire unique (PFU), puisque que les intérêts de ces livrets sont fiscalisés, ce rendement est même de 0,063%. Pas de surprise : la rémunération des comptes épargne est bloquée à ce niveau, le plus faible de l'histoire, depuis juin 2021 !

Pourtant, certains éléments de conjoncture pouvaient laisser entrevoir un retournement de tendance. La hausse du Livret A intervenue le 1er février dernier en premier lieu. Par le passé, les taux des livrets bancaires ont souvent suivi ceux de l'épargne réglementée. Cette fois, le doublement du taux du Livret A, passé de 0,5% à 1% net en début d'année, ne semble avoir eu aucun impact.

Un rendement réel largement négatif

L'inflation ensuite. L'Insee vient de dévoiler sa prévision pour le mois de mai : +5,2% sur un an et près de +4,5% en moyenne sur les six derniers mois. Ce qui signifie que le pouvoir d'achat de l'argent placé sur un livret bancaire lambda - ce qu'on appelle parfois le « rendement réel » - baisse actuellement de plus de 4 points. En clair, les livrets bancaires sont actuellement parmi les placements les plus défavorables à l'épargnant qui soient.

Cette stabilité confirme que les banques ne sont toujours pas décidées à mettre en avant leurs livrets maison. Elles disposent encore, il faut dire, d'importantes sources de liquidité à très bon marché. Et il en sera de même tant que la Banque Centrale Européenne (BCE) ne modifiera pas sa politique monétaire. Donc pas avant juillet prochain.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Par ailleurs, cette rémunération famélique n'empêche pas l'encours des livrets ordinaires des particuliers de progresser : près de 220 milliards d'euros à fin mars 2022, soit 5 milliards de plus qu'il y a un an. A défaut de rendement, certains épargnants continuent à y placer leurs liquidités pour leurs autres atouts : la disponibilité à tout moment et la garantie du capital.

Dans ce paysage, il y a toutefois quelques exceptions. Distingo, le livret de PSA Banque, la banque de financement du groupe automobile Stellantis, affiche toujours un taux de 0,50%, bonifié à 3% pendant 3 mois pour les nouveaux clients. Le Compte sur livret de l'application d'épargne Cashbee, partenaire de My Money Bank, propose du 0,60%, après 2 mois à 2%.

Les meilleurs livrets d'épargne en juin 2022