La taxe d'habitation est morte, ou sera morte en 2023. Bienvenue à la « taxe d'habitation sur les résidences secondaires et autres locaux meublés non affectés à l'habitation principale » (THRS). Une fois la suppression effective pour les résidences principales, restera l'impôt visant les maisons et appartements de vacances. En moyenne, cette THRS est d'environ 700 euros.

L'année 2022 est la dernière de la taxe d'habitation dans sa forme actuelle. Sa suppression progressive, qui s'achève cette année pour les 20% des foyers les plus aisés, ne concerne que les résidences principales. En 2023 et les années suivantes, les plus de 3 milions de résidences secondaires que compte la France resteront soumises à cet impôt local, rebaptisé pour l'occasion la « taxe d'habitation sur les résidences secondaires et autres locaux meublés non affectés à l'habitation principale » (THRS).

La Direction générale des finances publiques (DGFiP) a publié mardi 28 juin son rapport statistiques sur les impôts locaux à la fin 2021. Parmi les constats mis en avant : « rares sont les foyers qui sont locataires de leur résidence secondaire », très exactement « une sur dix », 90% des résidences secondaires étant utilisées par leurs propriétaires. Ces derniers paient donc à la fois cette nouvelle THRS et la taxe foncière.

Impôts locaux : payez-vous plus de taxe foncière que vos voisins de département ?

Combien ces propriétaires vont-ils donc payer de THRS chaque année ? La taxe d'habitation visant les résidences secondaires n'a pas évoluée, dans son mode de calcul, ces dernières années, puisqu'elle n'était pas concernée par la réforme initiée sous le premier quinquennat d'Emmanuel Macron. Le montant moyen est donc relativement stable, et baisse même légèrement en 2021 par rapport à 2020 : tous locaux confondus (maison, appartement, dépendances, etc.), la taxe moyenne est de 690 euros.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

La note varie nettement selon le type de bien : « Le montant moyen de taxe d'habitation est de 737 euros pour une maison secondaire et de 894 euros pour un appartement secondaire en 2021. » Comment l'expliquer ? « Les appartements secondaires se trouvent plus souvent dans des lieux fortement touristiques ou denses, où la taxe d'habitation est souvent plus élevée, souligne la DGFiP, alors que les maisons secondaires se trouvent dans des zones plus rurales, avec une taxe d'habitation plus faible. »