Les indemnités reçues en 2021 par les salariés pour compenser leurs frais liés au télétravail seront à nouveau exonérés d'impôt sur le revenu en 2022, dans la limite de 580 euros.

L'annonce était attendue, la Direction générale des Finances publiques (DGFiP) vient de l'officialiser dans un communiqué ce mercredi. Les sommes versées en 2021 par les entreprises pour indemniser les frais de télétravail de leurs employés seront exonérées d'impôt sur le revenu. Comme en 2020, année d'inauguration de cette mesure destinée à appuyer une promesse du gouvernement : le télétravail ne doit pas représenter un coût pour le salarié.

Télétravail : ce que votre employeur doit prendre en charge

Certaines entreprises ont ainsi mis en place des allocations pour compenser ces coûts, sous la forme d'indemnités, de remboursements forfaitaires ou de remboursement des frais réels. Toutes ces allocations sont concernées par la mesure d'exonération, mais avec des limites : 2,50 euros par jour, 55 euros par mois et 580 euros par an (contre 550 euros en 2020).

L'administration rappelle par ailleurs qu'il « appartient aux employeurs d'identifier, dans les informations qu'ils transmettent (...), les remboursements ou les allocations exonérés d'impôt sur le revenu », afin qu'elles n'apparaissent pas dans le revenu imposable. Au moment de leur déclaration 2022, à partir du 7 avril prochain, les salariés seront invités à vérifier les montants déclarés, en les confrontant à leurs bulletins de paie.

Les montants forfaitaires cités plus haut s'appliquent également aux déclarations des salariés ayant opté pour la déduction des frais réels. Si c'est avantageux pour eux, ils conservent aussi la possibilité de déduire le montant exact de leurs frais professionnels liés au télétravail.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Cette reconduction intervient alors que le recours du télétravail n'est plus obligatoire, mais seulement recommandé, depuis le 2 février denier. L'année 2021 a été marquée par trois vagues épidémiques, en mars-avril, août et décembre. Selon la Direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques (Dares), 23% des salariés ont télétravaillé au moins un jour par semaine en décembre 2021.