La « prime exceptionnelle de pouvoir d’achat », héritage de la crise des Gilets jaunes, revient pour une troisième saison en 2021. Surnommée « prime Macron », elle concerne les salariés modestes... si leur employeur décide de verser ce bonus financier, pour un montant de 1 000 euros pouvant être doublé dans certains cas.

Combien ?

« Une prime exceptionnelle de 1000 euros défiscalisée dont les travailleurs de la “deuxième ligne” devront être les bénéficiaires privilégiés pourra être versée par les employeurs. » C’est ainsi que le Premier ministre Jean Castex a annoncé, mi-mars, le retour de la « prime Macron ».

Les précisions sont arrivées hier, 28 avril, de la part du ministère du Travail. Pas de surprise : cette prime salariale – versée par l’employeur – est défiscalisée (ni impôt sur le revenu, ni cotisations sociales) dans la limite « d’un plafond de 1 000 euros, pour les salaires allant jusqu’à 3 Smic, dans la continuité de la prime mise en place par le président de la République en 2018 ». Et cette prime défiscalisée peut atteindre 2 000 euros, mais uniquement en cas d’accord d’intéressement en vigueur ou pour les salariés dits de la « deuxième ligne » face à la crise sanitaire.

A quels salariés ?

Pour la prime plafonnée à 1 000 euros : va-t-elle profiter à près de 5 millions de salariés, comme pour sa première édition en 2019 ? Tout dépend de la volonté de l’entreprise, qui décide ou non de bonifier la rémunération de ses salariés face à la crise sanitaire. Cette prime défiscalisée plafonnée à 1 000 euros concerne bien (potentiellement) tous les salariés dont la rémunération est inférieure à 3 Smic (soit près 3 700 euros nets).

Pour la prime majorée à 2 000 euros : le plafond doublé concerne comme l’an passé les « les entreprises qui ont signé un accord d’intéressement ». Nouveauté 2021 : ce plafond majoré concerne aussi les salariés dits de la seconde ligne face à la pandémie de Covid-19. Le ministère du Travail ne liste pas précisément les métiers concernés mais il s’agit globalement des mêmes professions que celles retenues récemment pour la vaccination. Seraient entre autres concernés par ce plafond de 2 000 euros (outre les entreprises proposant un l’intéressement) les personnels de santé, les professionnels de l’aide à domicile, du commerce de détail, agents de nettoyage et de sécurité, etc. Ultime condition du ministère, pour ces salariés de la deuxième ligne : « si l’entreprise ou la branche s’engagent formellement à des actions de valorisation [des travailleurs de la deuxième ligne] (accord de méthode au niveau de la branche ou de l’entreprise s’engageant à entreprendre des actions en ce sens) ».

Prime Macron : ces salariés exclus malgré un petit salaire

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Quand ?

Quand l’entreprise le souhaite, courant 2021. Et même au-delà : « Il est proposé que la prime puisse être versée jusqu’à début 2022 et que le dispositif soit applicable rétroactivement pour les primes versées à partir du dépôt du projet de loi qui intégrera ces mesures à l’été », précise le ministère du Travail dans son communiqué.

Le ministère de l’Économie ajoute sur son site que de plus amples « précisions sur les modalités de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat pour l'année 2021 seront données lors de la parution des textes législatifs ».