Les principaux zoos français proposent des formules de parrainage allant de 20 euros à 1 000 euros en moyenne. 66% de la somme investie sont récupérables en crédit d'impôt.

Si les cirques itinérants ne pourront plus présenter des animaux sauvages à leur public, les parc zoologiques continuent d'accueillir des lions, des tigres, des pandas ou des koalas dans leurs enclos. Mieux, pour remplir les caisses, les parcs animaliers proposent au public de parrainer leur animal favori, explique ce mardi Le Parisien.

Les principaux zoos français proposent des formules de parrainage allant de 20 euros à 1 000 euros en moyenne. En contrepartie, et en fonction de la somme donnée, ils offrent des produits pour découvrir l'animal choisi : goodies, fond d'écran, posters, entrée gratuite au zoo, participation au nourrissage des animaux...

Le panda « Yuan Meng est l'animal le plus parrainé du zoo, avant Inès, notre panda roux et Audrey, la panthère des neiges, explique au quotidien Delphine Delord, la codirectrice du zoo de Beauval. Ces animaux stars nous aident à créer un lien affectif avec le public et à motiver leur engagement à travers un parrainage. » Le parc a ainsi récolté 200 000 euros en 2019 par ce procédé qui a tout du cadeau d'anniversaire idéal pour les enfants.

Un coût final de 51 euros pour 150 euros dépensés

C'est le cas de Sophie qui cherchait une idée originale pour les 10 ans de sa filleule, Clémence. Elle a ainsi déboursé 150 euros pour parrainer la panthère des neiges du zoo de Beauval.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Mais au final, la facture peut-être bien moins salée. En effet, ces offres de parrainage peuvent bénéficier d'un coup de pouce fiscal si le parc est reconnu d'utilité publique. A la clé, un crédit d'impôt de 66% sur la valeur du parrainage. « Vous avez investi 20 euros ? Vous ne payerez, après avoir bénéficié du crédit d'impôt, que 6,80 euros. Le coût final sera ainsi de 17 euros pour un parrainage à 50 euros et de 51 euros pour un parrainage à 150 euros », détaille Le Parisien.

Si l'argent récolté n'est pas destiné à l'animal choisi, « les parrainages nous permettent de financer des missions de soutien à des animaux en voie de disparition, qui suscitent moins l'intérêt du grand public mais qui sont tout aussi importantes », précise Delphine Delord.