Un joueur de Charente-Maritime a jusqu'à ce soir, minuit, pour valider sa grille gagnante My Million. S'il ne le fait pas, il deviendra le 31e millionnaire « raté », faute d'avoir réclamé son dû. Il avait pourtant presque 3 mois pour réclamer ses gains, le délai ayant été rallongé en raison de la crise sanitaire.

L’horloge tourne : un gagnant au tirage complémentaire de l’Euromillions, My Million, a jusqu’à ce jeudi soir minuit pour réclamer son gain de 1 million d’euros. Selon Le Parisien, le joueur a validé le 22 mai dernier une grille en Charente-Maritime mais ne s’est toujours pas fait connaître malgré un appel lancé par la Française des Jeux le 10 août dernier. D'ordinaire, les joueurs ont 60 jours à compter du tirage pour réclamer le jackpot mais, en raison de la crise sanitaire, la date limite de paiement a été étendue à 90 jours. Le code gagnant, pour l'heure sans bénéficiaire : « ND 876 19 04 ».

Certains vainqueurs aiment se faire attendre... En 2012, deux septuagénaires du Nord avaient attendu 56 jours pour valider leur grille gagnante du Loto, empochant 3,5 millions d’euros au final. Ce ne sont pas les seuls. Depuis 2014 et le lancement du tirage complémentaire My Million, 30 gains de plus de 1 million d’euros n’ont pas été réclamés sur un total de 823 vainqueurs millionnaires. Un taux de gains non réclamés supérieur à 3%, qui place My Million au-dessus du Loto (2%) du point de vue des jackpots oubliés en France. Selon la Française des Jeux, la Seine-et-Marne, le Val-de-Marne, les Bouches-du-Rhône, la Drôme et le Nord sont les départements qui comptent le plus de gagnants inconnus ces dernières années.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Si le gagnant charentais ne se présente pas, son gain sera conservé et remis en jeu, alimentant notamment des offres promotionnelles. Mais seuls les jackpots reviennent ainsi dans le « pot commun » de la Française des Jeux. Les gains non réclamés d'un montant inférieur sont reversés à l’Etat depuis l'entrée en vigueur du volet jeux d'argent de la loi Pacte, en novembre 2019.

Epargne : ce que la loi Pacte change pour vos finances