L’Autorité des marchés financiers alerte les investisseurs sur la recrudescence d’informations potentiellement « fausses ou trompeuses » sur des spéculations à la baisse.

L’AMF a annoncé la semaine passée avoir constaté « une augmentation du nombre d’informations diffusées, sur internet et les réseaux sociaux, concernant des émetteurs faisant l’objet de spéculations à la baisse, notamment par un volume de ventes à découvert important ». Contrairement à une opération « classique » d’achat-revente d’un titre, la vente à découvert est une technique permettant de réaliser des gains en pariant sur une baisse. Concrètement, la vente à découvert permet de vendre un titre qu'on ne possède pas, puis de l'acheter après sa chute, donc à un moindre coût que celui de la vente initiale.

Dans sa publication, l’Autorité des marchés financiers rappelle d’une part les règlements encadrant strictement la vente à découvert, et alerte d’autre part sur le volume suspect d’informations « susceptibles d’influencer les cours de bourse des actions et de tout autre instrument financier lié, de manière rapide et significative », ces fausses alertes destinées - dans ce cas - à faire baisser rapidement le cours des actions.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 11 contrats comparés

Au-delà de l’appel à la prudence visant les boursicoteurs, l’AMF met aussi en garde les émetteurs d’informations tronquées, en rappelant son pouvoir de sanction : « Quel que soit le canal de communication retenu, y compris les réseaux sociaux malgré leur format contraint, il convient que l’information diffusée soit circonstanciée afin qu’elle ne puisse pas être qualifiée de trompeuse. »