La semaine passée, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a mis à jour sa liste noire des sites web proposant aux particuliers de spéculer sur le marché des changes. Dans le même temps, l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) annonçait la publication d’une recommandation encadrant notamment la publicité pour les produits financiers.

Parier sur le Forex, les options binaires, les matières premières… Les publicités vantant des gains aisés pullulent sur internet. Si bien que depuis le 7 juillet 2011, l’AMF et l’Autorité de contrôle prudentiel et de régulation (ACPR) ont publié à sept reprises une liste mise à jour de sites proposant d’investir sur le marché des changes non régulé, le Forex, sans y être autorisé. Les sites tradmaker.com et fxntrade.com ont rejoint cette liste noire la semaine passée. Elle peut être consultée sur la page « Alertes » du site Epargne Info Service (1).

Sur cette même page apparaît aussi la liste noire des sites web vantant les mérites du trading d’options binaires (2). Dans ces communiqués, l’AMF et l’ACPR rappellent qu’en cas de doute les particuliers peuvent vérifier si l’intermédiaire financier qui les intéresse figure bien sur le registre des agents financiers en ligne (3).

Une recommandation applicable avant le 23 avril 2014

Dans le même temps, l’ARPP a publié une recommandation sur la « publicité des produits financiers et d’investissement ». Ce texte, « dont les dispositions seront applicables au plus tard le 23 avril 2014 », selon le communiqué de l’ARPP, concerne la publicité sur tous types de médias et pour les produits d’épargne et les placements financiers dans leur globalité, à l’exception des comptes de dépôt et de l’épargne réglementée. Elle réclame notamment des mentions claires du taux de rémunération, des performances passées des produits en question, et que ces mentions soient lisibles ou audibles.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 350 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Mais cette nouvelle recommandation s’attarde surtout, en annexe, sur les « produits financiers à effet de levier » exposés sur le Forex, les indices boursiers, le cours des matières premières et elle s’étend en outre aux options binaires. L’ARPP demande que les publicités vantant ces placements offrent une présentation « équilibrée » entre gains possibles et risques financiers. Elle interdit par ailleurs de « minimiser les engagements et les risques » même à l’étape de « formation », avec de « l’argent virtuel », ou de présenter l’utilisation des produits financiers « comme un jeu ». A noter : une seconde annexe est consacrée aux produits « atypiques », comme les œuvres d'art, le vin, l'or, les métaux rares « ou autres secteurs de niche », pour des recommandations similaires.

(1) http ://www.abe-infoservice.fr/actualites-et-alertes/alertes.html

(2) Selon la définition de l’AMF, il s’agit « d’instruments financiers sous forme d’options, pouvant générer des profits ou des pertes, selon la réalisation ou la non réalisation d’une condition à l’expiration de l’option ».

(3) www.regafi.fr