Face à l'inflation, le gouvernement prévoit l'instauration d'un chèque alimentaire à destination des foyers aux revenus modestes. Selon les premières informations, cette aide devrait concerner près de 9 millions de foyers et s'élever à 100 euros par foyer, plus 50 euros par enfant à charge.

Un décret devrait prochainement officialiser la mise en place d'un chèque alimentaire pour aider les foyers aux revenus modestes à faire face à la hausse des prix. Au total, près de 9 millions de ménages devraient bénéficier de ce dispositif exceptionnel, selon les informations des Echos.

Le gouvernement aurait prévu de distribuer ce « chèque alimentaire » aux foyers allocataires du revenu de solidarité active (RSA), de l'allocation adultes handicapés (AAH), du minimum vieillesse (ASPA) ou de l'aide personnalisée au logement (APL). L'ensemble de ces foyers devrait recevoir une somme de 100 euros, plus 50 euros par enfant à charge.

Une aide exceptionnelle qui coûterait 1 milliard à l'Etat

Le montant de cette aide sera donc moins élevé que celui de la prime alimentaire versée pendant l'épidémie de Covid-19 en mai 2020, mais il concernera davantage de Français. Pour rappel, la prime alimentaire avait concerné 4,1 millions de foyers pour un montant de 150 euros par foyer, plus 100 euros par enfant à charge.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Selon Les Echos, le chèque alimentaire devrait être versé à la rentrée de septembre directement sur le compte en banque des bénéficiaires. Le dispositif devrait coûter environ 1 milliard d'euros à l'Etat. Il fait partie d'un ensemble de mesures prévues pour soutenir le pouvoir d'achat des Français en cette période de forte inflation. Ces mesures doivent être entérinées dans deux textes de loi, dont une loi de finances rectificative.

L'inflation flirte déjà avec les 6% : faites-vous partie des principaux perdants ?