Annoncée la semaine passée, l'indemnité inflation arrivera sur les bulletins de paye en décembre. Certains travailleurs pourraient même toucher plusieurs fois les 100 euros promis. Qui est dans ce cas ?

100 euros pour compenser la hausse des prix, notamment ceux de l'énergie : c'est la promesse faite jeudi dernier par le Premier ministre Jean Castex, soucieux de calmer la gronde qui monte depuis plusieurs semaines.

Depuis, on en a appris un peu plus sur les conditions de versement de cette « indemnité inflation ». Notamment qu'elle serait versée, non pas directement par les finances publiques, mais par l'intermédiaire des employeurs (pour les salariés) et de l'Urssaf (pour les indépendants). Un choix fait au nom de l'efficacité : cette solution va en effet permettre aux salariés éligibles (ceux gagnant moins de 2 000 euros nets par mois) de toucher la prime dès début décembre, sur leur fiche de paie.

Ce choix a une autre conséquence : certaines personnes devraient pouvoir toucher la prime à plusieurs reprises. C'est le cas de ceux qui cumulent un emploi salarié et une activité indépendante, en tant que micro-entrepreneur par exemple. Ou encore ceux qui touchent déjà un indemnité de retraite - dans ce cas, la prime est versée par la caisse de retraite - et qui maintiennent en parallèle une activité professionnelle.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Selon BFMTV, le ministère de l'Economie et des Finances assume ces effets de bord, difficiles à éviter sans compromettre la simplicité du dispositif. Il cherche toutefois à les limiter. Ainsi, a prévenu Bercy, les salariés qui ont plusieurs employeurs, par exemple parce qu'ils cumulent deux mi-temps, devront choisir l'un des deux pour leur verser l'indemnité. Que se passera-t-il s'ils ne le font pas ? Ils s'exposeront à un redressement du fisc en cas de contrôle ultérieur.

Proposition de MoneyVox pour la présidentielle 2022 Epargne : supprimons le Livret A !