Dès le début de l'année prochaine, la génération née en 1961 pourrait être la première concernée par le report de l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans. Cette réforme est notamment voulue par le candidat Macron.

Lors d'une conférence de presse organisée jeudi 17 mars, le candidat Macron a annoncé que sa réforme des retraites entraînerait, si elle devait être votée par les parlementaires, un report progressif de l'âge légal du départ à la retraite. Selon l'UFC-Que Choisir, cette réforme consisterait à majorer de quatre mois par an l'âge légal, actuellement fixé à 62 ans.

Autrement dit, l'âge légal de 65 ans voulu par le président de la République serait atteint en 2034 en ce qui concerne la génération 1969. Mais d'après l'association, la première génération impactée par cette réforme serait celle de 1961.

Retraites, impôts, pouvoir d'achat : ce que vous promet Macron

Une adoption envisagée avant la fin de l'année

En effet, les premières personnes contraintes par cette réforme à travailler plus longtemps seraient celles nées entre juillet et fin décembre 1961, selon les calculs réalisés par l'UFC-Que Choisir. Pour ce faire, l'association se base sur le calendrier de la réforme Woerth qui dès le 1er juillet 2011 avait fait passer l'âge légal de 60 à 62 ans selon le même procédé. Les personnes nées dans la deuxième partie de l'année 1961 seraient ainsi contraintes de partir à la retraite à 62 ans et 4 mois.

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

D'après l'association de consommateurs, la réforme du candidat Macron pourrait, s'il est élu à sa propre succession, être adoptée d'ici la fin de l'année dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale.

Présidentielle 2022 : qui veut la retraite à 65 ans ?