Qu’ils logent leurs titres dans un PEA ou un compte-titres, les détenteurs d’actions « vieillissent », selon une étude de l’Autorité des marchés financiers.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

En 2008, 47% des Français interrogés par l’AMF et TNS (1) avaient 55 ans ou plus. En mars 2017, ils sont 57% dans ce cas ! Le constat est le même lorsque l’AMF dénombre le pourcentage d’actionnaires individuels de moins de 45 ans : ils étaient 32% en 2008, 24% aujourd’hui.

Par ailleurs, le gendarme financier souligne que cette population devient de plus en plus masculine (deux actionnaires sur trois) et de plus en plus aisée : 40% des détenteurs d’actions gagnent plus de 4 000 euros par mois, contre 23% en 2008.

Autrement dit, le taux de détention d’actions en direct ayant fortement baissé depuis 2008, l’actionnariat individuel s’est tout simplement recentré sur la frange de la population la plus sensible à ce type d’investissement : des épargnants plutôt aisés, masculins, et plutôt âgés. Une évolution que l’AMF cherche à combattre, en tentant de faire œuvre de pédagogie sur les bénéfices de l’investissement en actions.

Lire aussi : Epargne en actions : les 4 idées reçues qui freinent les Français selon l’AMF

(1) Enquête SoFia de Kantar TNS, réalisée en mars 2017 auprès de 12 000 Français de 15 ans et plus.