Pour la première fois, les Français détiennent plus d’argent sur les Livrets A que sur les Plans épargne logement.

Livret A : grand gagnant de la crise avec le compte courant. Suite aux confinements et restrictions sanitaires, les Français ont collectivement épargné plus que d’accoutumée. Cette sur-épargne est estimée à un peu plus de 155 milliards d’euros à la fin juin 2021, selon la Banque de France. Où est-elle allée ? Principalement sur le Livret A.

« Bien que les dépôts à vue aient recueilli la majorité de cette « épargne Covid », 2020 est en conséquence une année exceptionnelle pour l’épargne réglementée : les versements sur le Livret A, produit phare de l’épargne réglementée, ont atteint leur plus haut historique, à 167 milliards d’euros, soit une hausse de 134% par rapport à 2019 », souligne ainsi François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, en introduction du rapport 2020 de l’Observatoire de l’épargne réglementée.

19 milliards d’euros de plus

Résultat direct de cet engouement inédit : les Livrets A abritent désormais plus d’argent que sur les Plans d’épargne logement (PEL). Là encore, ce dépassement est qualifié d’historique. Concrètement, à fin 2019, les ménages conservaient 282,1 milliards d’euros sur les Livrets A, contre 282,5 milliards d’euros sur les PEL. Un an plus tard, Le Livret A pèse 308,2 milliards d’euros, loin devant les Plans épargne logement avec 289,6 milliards d’euros.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Mais la crise du covid-19 n’explique pas tout. Le surplus d’épargne de l’an passé n’a en réalité fait qu’exacerber une tendance de fond : la perte d’attrait pour le PEL. A fin 2017, l’encours du PEL dépassait encore de 13,4 milliards d’euros celui du Livret A. En 2018, l’écart n’était déjà plus que de 8,9 milliards d’euros. Ce désintérêt à ouvrir un PEL est le fruit combiné de la baisse des taux d’intérêt des prêts immobiliers, de la fin de la prime d’Etat et de la fiscalisation des nouveaux PEL depuis 2018. Pourtant, même soumis à l’impôt dès la première année, le PEL, avec 0,7% net de fiscalité, reste plus rémunérateur que le taux de 0,5% du Livret A.