La recentralisation d'une partie des fonds déposés sur le Livret A et le Livret de développement durable (LDD, ex-Codevi) à la Caisse des dépôts (CDC) permettrait de prêter davantage, a déclaré mardi le directeur général de la Caisse Augustin de Romanet.

Centralisés en totalité par la CDC jusque fin 2008, les dépôts collectés sur le Livret A et le LDD ne le sont plus désormais qu'à hauteur d'un peu plus de 160 milliards d'euros, soit seulement 62% du total, le reste étant conservé par les banques.

« Le fait de recentraliser une partie des fonds d'épargne (les fonds issus de l'épargne réglementée et gérés par la CDC, ndlr) pourrait permettre à l'Etat de produire des politiques de prêt qui soient plus amicales à l'endroit des objectifs poursuivis par votre commission », a déclaré M. de Romanet lors de son audition devant la commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire de l'Assemblée nationale.

La Caisse des dépôts risque de manquer de liquidités d'ici 2011

Car, comme le directeur général de la Caisse l'a rappelé, selon les prévisions de la CDC, le total des prêts consentis par l'établissement atteindra 152 milliards d'euros en 2013, alors que le relèvement du plafond des fonds centralisés n'est pas encore acté. Principal prêteur aux opérateurs du logement social, la CDC a contribué au financement des diverses mesures de soutien à l'économie depuis le début de la crise.

Et, « Compte tenu de la montée en puissance des prêts au logement social, des prêts aux infrastructures et des prêts aux universités » la CDC risque « d'être un petit peu en manque de liquidité à l'horizon 2012-2013 », a fait valoir M. de Romanet.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Le régime de centralisation définitif doit être arrêté fin septembre 2011 et mettre un terme au régime de transition mis en place fin 2008 et actuellement en vigueur.