La Bourse de Paris accentuait son recul (-1,13%) mardi matin, les opérateurs de marché se focalisant sur la hausse des prix de l'énergie qui pourrait peser sur les perspectives de croissance et avoir un impact sur les marchés mondiaux.

A 9H50, l'indice CAC 40 cédait 75,23 points à 6.575,68 points au lendemain d'une légère progression de 0,19%.

Tensions sur les prix de l'énergie

« Sur le marché des matières premières, les tensions continuent. Les prix de l'énergie (pétrole et gaz notamment) sont sur une trajectoire haussière de long terme qui pourrait pénaliser la croissance économique dans les pays développés cet hiver », souligne Christopher Dembik, directeur stratégie et macroéconomie de Saxo Banque.

« Le risque est élevé que la hausse continue du prix des matières premières conduise à un repli des marchés actions », fait-il observer.

Electricité : le réflexe pour éviter la prochaine flambée des tarifs réglementés d'EDF

En Chine, deuxième économie mondiale, le malaise énergétique s'explique par la flambée des prix du charbon et du gaz naturel combinée aux efforts de Pékin pour réduire les émissions de CO2 et freiner la croissance de la consommation d'énergie.

« Goldman Sachs et Nomura ont dégradé cette nuit leurs prévisions de croissance 2021 pour la Chine », où des pénuries d'électricité ralentissent la production et pourraient déstabiliser encore plus les chaînes d'approvisionnement déjà en difficulté, indique de son côté Jeffrey Halley, analyste chez Oanda.

Dans ce contexte de hausse des prix de l'énergie qui fait craindre une persistance de l'inflation, les rendements continuaient à monter sur le marché de la dette souveraine, le taux américain à dix ans grimpant à 1,53% après être monté jusqu'à 1,51% la veille. Celui à maturité 30 ans, prenait 6 points de base, dépassant les 2%.

Gaz : +12,6% pour les tarifs réglementés d'Engie au 1er octobre

Sanofi arrête le développement de son vaccin à ARN messager

Le laboratoire n'ira pas en phase 3 d'essais pour son vaccin à ARN messager contre le Covid-19 - la dernière étape avant une commercialisation -, tout en poursuivant le développement de son autre vaccin contre le virus aux côtés du britannique GSK et dont les résultats sont attendus avant fin 2021. Le titre avançait de 0,35% à 82,41 euros.

Le secteur pétrolier grimpe encore

Les valeurs pétrolières profitaient de l'envolée des cours du pétrole, le prix du Brent ayant dépassé les 80 dollars, soit son plus haut niveau depuis octobre 2018, en raison des attentes d'une hausse de la demande et des inquiétudes concernant l'offre. Déjà en forte hausse la veille, TotalEnergies prenait 1,40% à 41,64 euros, Vallourec (+1,84% à 7,46 euros) et TechnipFMC (+0,31% à 6,53 euros).

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne