Les groupes de luxe français, à savoir Kering, Hermès, L’Oreal et LVMH, ont réalisé une année 2018 exceptionnelle, engrangeant des chiffres d'affaires en hausse de 7% à 30%. De quoi contraster avec les performances maussades des autres sociétés françaises cotées en bourse.

Le luxe à la française ne connaît décidément pas la crise. Les quatre fleurons du secteur en profitent largement. Surnommées par l'acronyme « Khol », les Kering, Hermès, L’Oreal et autres LVMH ont en effet vu s’envoler leur activité.

En 2018, LVMH - la société française ayant la plus forte capitalisation boursière - a augmenté son chiffre d’affaires de 10%, à 46,8 milliards d’euros, faisant ainsi gonfler son bénéfice de 18%. Mais, au jeu de celle qui croît le plus rapidement, l’entreprise de Bernard Arnault est devancée par sa concurrente Kering dont le chiffre d’affaires a progressé de 29% sur un an. Détenue par le milliardaire François Pinault, Kering regroupe des marques telles que Yves Saint Laurent, Alexander McQueen et surtout Gucci qui a dopé les résultats du groupe en 2018. En effet, sur les 14 milliards d’euros de ventes réalisées par Kering en 2018, Gucci y a contribué à hauteur de 8 milliards.

A l’inverse chez LVMH, les résultats de Moët Hennessy ont pesé sur le chiffre d’affaires de l’entreprise. Les ventes de vins et de spiritueux n’ont progressé que de 1% sur un an, à 5,1 milliards d’euros. En cause notamment, la baisse des ventes de Champagne en France, à l’image du Dom Pérignon, propriété de LVMH, dont les ventes ont baissé de 4,2% dans l’Hexagone.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 11 contrats comparés

La croissance de Kering attise probablement la convoitise de L’Oreal et Hermès, qui complètent ce quatuor gagnant. En comparaison, le chiffre d'affaires de L’Oreal n’a augmenté que de 7% l’an passé. Le géant des cosmétiques engrange tout de même 27 milliards d’euros de recettes. Du côté de Hermès, qui ne commercialise que sa propre marque éponyme, les activités ont progressé de 10%, à près de 6 milliards d’euros.