630 euros. C'est le coût annuel moyen d'une assurance auto, selon une étude du comparateur Assurland.com. Soit une hausse « maîtrisée » de +3% sur 1 an, derrière laquelle se cachent toutefois d'importantes disparités.

L'inflation n'épargne personne. Pas même votre assureur. Alors qu'ils étaient stables depuis 2020, les prix des contrats d'assurance auto s'envolent de 3% en cette fin d'année 2022, d'après une étude (1) d'Assurland. Résultat ? Il vous faudra débourser 630 euros en moyenne pour assurer votre véhicule en 2023, contre 611 euros l'an passé.

Assurance auto : économisez jusqu'à 340 € grâce à notre comparateur en ligne

Hausse des sinistres

En cause : la flambée du coût des pièces détachées (+10%) et des réparations (+3,5%). Mais pas seulement. Inondations, grêle, incendies... Les aléas climatiques ont été plus fréquents et plus intenses en 2022. Bilan : plus de 337 000 véhicules sinistrés entre le 18 juin et le 4 juillet, pour un coût avoisinant 1 milliard d'euros, selon France Assureurs.

Malgré ces déboires, les assureurs s'étaient engagés en septembre dernier à limiter la hausse des prix en-deçà de l'inflation en 2023. C'est désormais chose faite. Mais pas pour tous les conducteurs. Les primes ont par exemple augmenté de 18% sur 1 an pour les 18-25 ans. Soit un coût moyen estimé à 1 255 euros par an.

Motif invoqué ? Moins expérimentés, ces jeunes conducteurs ont plus de chances d'être impliqués dans un accident. Au cours des 3 dernières années, 25% des 18-25 ans auraient ainsi déclaré au moins un sinistre. C'est 7 points de plus que les 56-65 ans. Un risque que les assureurs font payer en appliquant une surprime de 100% la première année.

Assurance auto : ces promos folles pour changer de pare-brise font flamber votre prime

Jusqu'à 254 euros d'écart

Au-delà de votre âge, la région dans laquelle vous habitez impacte elle aussi les tarifs de votre assurance auto. La Bretagne remporte par exemple la palme de la région où les contrats d'assurance auto coûtent le moins cher : 491 euros par an. À l'inverse, les habitants d'Ile-de-France paient leur assurance au prix fort, avec un tarif annuel moyen de 745 euros.

Comment justifier les 254 euros d'écart entre ces deux régions ? Une fois encore, la réponse se trouve dans les chiffres. Les assureurs s'appuient en effet sur le bilan de la sécurité routière pour fixer le montant des primes. Or s'il y a moins d'accidents en Bretagne, les accidents mortels ont bondi de 9% en Ile-de-France entre 2019 et 2021.

Autre constat : assurer un véhicule électrique coûte en moyenne 12% moins cher qu'un véhicule classique. Une différence qui s'explique en partie par la suppression de la Taxe spéciale sur les conventions d'assurances (TSCA) pour tous les véhicules électriques achetés entre 2021 et 2023.

Par ailleurs, « certains assureurs appliquent des offres commerciales supplémentaires pour ce type de véhicule », note Assurland.com. Sans doute dans l'espoir de se positionner sur ce nouveau marché prometteur. Malgré ces efforts, les Tesla comptent toujours parmi les véhicules les plus chers à assurer : 915 euros en moyenne.

Au moment de choisir leur assurance auto, les Français préfèrent jouer la sécurité. Ils sont 55% à opter pour une assurance tous risques, alors même qu'il s'agit de la formule la plus onéreuse. À l'inverse, seuls 17% des conducteurs choisissent la responsabilité civile seule, plus économique.

Envie d'économiser ? Comparez les assurances auto

(1) Etude réalisée par Assurland.com en octobre 2022 et basée sur une analyse de 50 000 devis d'assurance auto restitués par le comparateur entre le 1er janvier 2022 et le 1er octobre 2022.