Le gouvernement a dévoilé ce lundi son projet de budget pour l'année 2023. Voici ce qui va changer dès le mois de janvier pour vos finances.

Les tarifs du gaz et de l'électricité en hausse de 15%

Ce n'est pas une surprise : le projet de loi de finances confirme les annonces de la Première ministre Elisabeth Borne, mi-septembre. Le bouclier tarifaire va être prolongé sur l'année 2023. La hausse des prix réglementés de l'énergie sera donc limitée à 15% pour le gaz en janvier et pour l'électricité en février. Le coût mensuel supplémentaire sera limité à 25 euros pour les ménages se chauffant au gaz et à 20 euros pour ceux utilisant un chauffage à l'électricité.

Avant la fin de l'année, des chèques énergie exceptionnels seront aussi versés à 12 millions de foyers modestes. Leur valeur oscillera entre 100 et 200 euros en fonction de leurs revenus. Coût de l'opération : 1,8 milliard d'euros quand le poids du bouclier tarifaire est évalué à 45 milliards au total pour l'année à venir. Contrairement à cette année, le gouvernement ne prévoit pas pour l'instant de remises sur les prix des carburants. Celle-ci va passer de 30 centimes par litre à 10 centimes à compter du 1er novembre. Le dispositif prendra fin au 31 décembre.

Barême de l'impôt sur le revenu

Le budget 2023 prévoit d'indexer le barême de l'impôt sur le revenu sur l'inflation. Celui-ci va augmenter de 5,4%. MoneyVox a sorti la calculette pour vous aider à comprendre... et à anticiper votre impôt 2023 qui pourrait bien diminuer.

Impôt sur le revenu : combien payerez-vous en moins en 2023 grâce au nouveau barème ?

L'allocation adulte handicapé mise en place en octobre

La déconjugalisation de l'AAH, qui bénéficiera à 160 000 allocataires dont 80 000 nouveaux entrants dans la prestation selon les chiffres du gouvernement, sera mise en œuvre au plus tard le 1er octobre 2023. Le gain moyen sera de 300 euros.

La dotation de MaPrimeRenov' en hausse

Le dispositif de rénovation énergétique MaPrimeRénov' se voit créditer de 2,45 milliards d'euros, contre 2 milliards d'euros en 2022. MaPrimeRenov' est une aide à la rénovation énergétique versée sous conditions de ressources. Il s'agit notamment de déveloper MaPrimeRénov Sérénité, un dispositif destiné aux ménages modestes et très modestes.

A partir de janvier 2023, les bénéficiaires de MaPrimeRénov' vont devoir être accompagnés dans leurs projets, passé un certain seuil d'aides reçus.

Véhicules électriques en leasing

C'est une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. L'Etat entend accompagner les ménages à acheter des véhicules moins polluants et notamment promouvoir un « leasing social » pour acquérir un véhicule électrique en plus du bonus écologique et de la prime à la conversion.

Dès 100 euros par mois, il devrait être possible de s'offrir une voiture vertueuse. Les deux profils qui pourront prétendre à cette aide « ceux pour qui le véhicule est un outil de travail, je pense aux infirmières libérales par exemple, (...) et ceux qui n'ont pas les moyens de passer à un véhicule propre parce qu'il est trop cher aujourd'hui sur le marché. »

L'objectif est de louer environ 100 000 véhicules sur un an mais il faudra avant cela être en mesure de garantir aux bénéficiaires l'accès à des bornes de recharge en nombre suffisant.

1,3 milliards d'euros ont été alloués à ce projet du gouvernement.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Allocation, mode de garde... des aides pour les familles monoparentales

Pour lutter contre les disparités de niveau de vie entre familles monoparentales et ménages en couple, à partir du mois de novembre, l'allocation de soutien familial, destinée aux parents isolés, sera ainsi revalorisée de 50%. Son montant passera de 123,54 euros par mois et par enfant à 185,33 euros par mois et par enfant.

Par ailleurs ce Projet de loi de financement de la sécurité sociale prévoit d'étendre le complément de libre-choix du mode de garde (CMG) jusqu'aux 12 ans de l'enfant pour les familles monoparentales afin de faciliter leur accès à un mode de garde formel pour leurs enfants plus âgés.

Pour les couples séparés ou divorcés qui assument la garde en alternance, l'aide au CMG sera désormais partagée entre les deux parents.

Impôt : les pensions alimentaires bientôt défiscalisées ?

Le contrôle du versement des pensions alimentaires

Malgré des décisions de justice, 30% des pensions alimentaires ne sont pas versées. Depuis 2020, celles-ci peuvent être payées par le parent débiteur à l'agence de recouvrement et d'intermédiation des pensions alimentaires (ARIPA), qui se charge de la reverser immédiatement au parent créancier. En cas de manquement du débiteur, l'agence engage une procédure de recouvrement de l'impayé et verse aux parents isolés une allocation de soutien familial (ASF).

Dans l'objectif de renforcer le dispositif, l'intervention de l'ARIPA pour toutes les pensions alimentaires nouvellement fixées est devenue systématique. A compter du 1er janvier 2023, la systématisation sera étendue à tous les autres types de décisions de justice comportant la fixation d'une pension alimentaire, ainsi qu'aux divorces par consentement mutuel.

Le prix du tabac va augmenter

Après deux ans de stabilité, le prix du paquet de cigarettes va augmenter au niveau de l'inflation, soit près de 6%. « Ça serait assez paradoxal que la hausse des cigarettes soit moins élevée que l'inflation », a expliqué Elisabeth Borne sur BFMTV et RMC ce lundi matin. La hausse devrait être d'environ 70 centimes, portant le prix moyen au-dessus des 10 euros le paquet de vingt cigarettes.