Malgré les difficultés financières des entreprises, la pierre-papier a servi un rendement plutôt stable l’an passé, à 4,20% d’après le bilan dressé par MeilleureSCPI. L’immobilier commercial est toutefois plus impacté par les conséquences de la crise sanitaire.

Le secteur de la SCPI, ce placement qui consiste à investir dans l’immobilier via un fonds d’investissement, a sauvé les meubles l’an dernier. « Tout comme la plupart des acteurs économiques dont ils sont les partenaires, les SCPI ont connu une année 2020 inédite marquée par la complexité des enjeux auxquels elles ont dû faire face. Cette situation a été l’occasion pour les sociétés de gestion de SCPI de se confronter à un « stress test » grandeur nature dans lequel risques sanitaires, dégâts économiques et changements de normes sociales se sont mêlées », a ainsi souligné le 3 mars le site spécialisé MeilleureSCPI.com à l’occasion de son bilan annuel.

A ce stade, il n’y a pas péril en la demeure, à en croire le taux de distribution sur valeur de marché (TDVM), qui mesure le taux de rendement de la pierre-papier. En effet, sur l’année 2020, le TDVM s’établit à 4,20%, contre 4,40% en 2019, corroborant les estimations du courtier LinXea en janvier dernier. Un repli faible que cette plateforme spécialisée justifie par le contenu des impayés de loyers mais aussi par l’intervention des gestonnaires ayant parfois dû puiser dans leurs réserves.

L'immobilier commercial à la traîne

Bureaux, commerces, spécialisées sur un secteur d’activité (la santé, la logistique ou les maisons de retraite) ou, au contraire, diversifiées… Toutes les catégories ont vu leur rendement annuel décliner l’an dernier. Le repli est de 0,13 point pour la pierre-papier de bureaux, de 0,21 point pour les SCPI diversifiées ou encore de 18 points pour les fonds spécialisés. Toutefois, pour les SCPI investies dans l’immobilier commercial, fortement touché par les mesures sanitaires, la baisse est nettement plus conséquente, à 0,57 point.

Comparatif livrets d'épargne : 10 offres comparées, jusqu'à 2% de rendement

S’agissant de la variation annuelle du prix des parts de SCPI, le constat est le même. Si, en moyenne, la valeur des parts a été revalorisée de 1,08% en 2020, celle des SCPI commerciales s’est repliée de 0,38%. D’ailleurs, de l’aveu même de MeilleureSCPI.com, cette moyenne à +1,08% « s’explique principalement par les revalorisations de prix constatées en début d’année ».

Lire aussi : Comment trouver les meilleures SCPI malgré la crise

Collecte en repli de 30% sur un an

Attentistes quant aux conséquences de la pandémie sur l’immobilier, les épargnants se sont montrés plus prudents en 2020. Ainsi, la collecte nette d’épargne est en chute par rapport à l’année précédente, contrastant d’ailleurs avec l’envolée des encours sur le Livret A. Alors que les SCPI de rendement avaient attiré plus de 8,5 milliards d’euros en 2019, l’afflux d’épargne s’est limité à 6 milliards l’an passé. Soulignons toutefois que 2019 avait été une année particulièrement euphorique pour la pierre-papier. En 2018, la collecte nette s’établissait à 5 milliards et à 6,2 milliards en 2017.

A l'image du rendement, le bilan de la collecte 2020 est aussi contrasté. Au dernier trimestre, les SCPI spécialisées ont été prisées puisque la collecte a tout simplement doublé par rapport au troisième trimestre, passant de 232 millions d’euros au T3 à 464 millions au T4. Comme le souligne le site dédié aux SCPI, « il s’agit d’ailleurs de la seule catégorie de SCPI qui a fait mieux qu’à la même période en 2019 (+37%), preuve que les SCPI spécialisées sont parvenues à tirer leur épingle du jeu dans ce contexte pour le moins inédit ».