Après une année 2020 compliquée pour les SCPI, la pierre-papier a attiré 1,7 milliard d’euros au premier trimestre 2021, un score honorable. Mais les rendements diminuent. Qu'en sera-t-il sur le reste de l'année ?

La reprise est là ! C’est du moins le message délivré, en cette fin avril, par France SCPI, l'un des principaux courtiers du secteur, dans le cadre de son bilan trimestriel. Du 1er janvier au 31 mars 2021, les investisseurs ont acquis pour 1,7 milliard d’euros nets de parts de sociétés civiles de placement immobilier, se réjouit la plateforme de SCPI. C’est moins qu’au premier trimestre 2020 où les achats avaient dépassé les retraits de 2,4 milliards d’euros. Mais le premier trimestre 2021 dépasse largement les chiffres de collecte constatés depuis le début de la pandémie. Par exemple, au T2 2020, les Français avait placé seulement 900 000 millions d'euros supplémentaires en SCPI, soit le plus mauvais trimestre depuis le début de cet observatoire en 2017.

Pour France SCPI, « cette collecte résulte d’un environnement de placements peu incitative. La pierre papier répond en effet parfaitement à l’équilibre rendement risque que recherchent les épargnants. Ni trop risqué à l’instar des marchés financiers qui en atteignant des sommets éveillent les craintes. Ni trop peu rémunérateurs comme les livrets court terme. Les SCPI combinent encore un rendement très correct avec une prise de risque très acceptable ».

Un rendement autour de 4% en 2021

S’agissant de la rémunération, justement, celle-ci est en baisse. Le rendement annualisé au premier trimestre 2021 – mesuré par le taux de distribution sur valeur de marché ou TDVM - s’établit à 3,98%, contre 4,20% sur 2020. « Il est possible d’interpréter cette baisse par un plus faible encaissement des loyers mais également par la prudence des sociétés de gestion qui préfèrent mettre une partie des revenus encaissés en réserve », explique le courtier spécialisé.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Certaines SCPI tirent toutefois leur épingle du jeu, notamment celles investies dans la logistique et le résidentiel (6% de TDVM) ou encore dans l’univers de la santé (5%). A l’opposé, et sans surprise, l’immobilier de bureau – dommage collatéral du télétravail et des restrictions sanitaires – marque le pas, avec un rendement à 3,83%, en léger repli par rapport à 2020. En revanche, la crise reste vive s’agissant des SCPI spécialisées dans l’hôtellerie, avec un TDVM à 2%, deux fois moins que la moyenne du marché donnée par France SCPI.

Le courtier Linxea, qui propose aussi des SCPI, ose quant à lui faire des prévisions pour toute l’année 2021. Dans son observatoire paru le 28 avril, et sur la base d’une cinquantaine de SCPI auditées, il table sur un rendement moyen de 4,33% pour 2021, soit un niveau proche de 2019 où, selon ses calculs, le taux de rendement moyen des SCPI avait atteint 4,40%.

Comment décrypter les notices de SCPI