Si certains assureurs vont geler leurs tarifs en 2021, d'autres risquent bien de les augmenter. Des hausses jusqu'à 3% sur l'assurance auto et habitation sont attendues, selon les experts.

En plein confinement, la Fédération française de l'assurance avait écarté une baisse des tarifs des assurances automobiles pour 2020, comme le réclamait une association de consommateurs en écho à la baisse de 80% des sinistres. Quelles tendances se dégagent pour 2021 ?

Asssurance auto

Selon une étude publiée mercredi par le cabinet spécialisé Facts and Figures (1), « la marge de manœuvre de la profession pour réaliser des hausses de tarifs est limitée » en assurance auto entre récession économique, baisse du pouvoir d'achat des assurés et une communication mal maîtrisée pendant le confinement sur les gains potentiels réalisés. En assurance auto, « le confinement a généré des économies pour le secteur d’environ 2 milliards d’euros », affirme Assurland.com qui prévoit dans sa dernière analyse une stabilité du marché voire des baisses de cotisations pour « redorer l'image du secteur ».

C'est en réponse à cette polémique naissante que la Maif, la Matmut et la GMF avaient annoncé dès le mois d'avril des mesures commerciales (remboursement de 30 à 75 euros sur le total de la cotisation annuelle) en faveur de leurs souscripteurs. Ce jeudi dans les colonnes du Parisien, la Maif suit la Matmut et promet un gel du montant des primes auto pour 2021, après une hausse de 1,25% en 2020.

« Nous avons pris la décision de faire un effort supplémentaire malgré la hausse des coûts dans le secteur automobile cette année. Les prix du secteur ont grimpé de 6% en 2020 entre la flambée du coût des pièces détachées et le renchérissement de celui de la main-d'œuvre lié entre autres au protocole sanitaire », détaille Pascal Demurger, directeur général de la Maif.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

Néanmoins, Facts and Figures table sur une hausse moyenne de 1,5 à 2% de la cotisations annuelle sur l'ensemble du secteur de l'assurance auto.

Voir le comparatif des assurances auto de notre partenaire

Assurance habitation

En assurance multirisques habitation, Facts and Figures pointe un gel des tarifs « peu probable » et une « dérive du risque climatique » pouvant influer sur les tarifs avec un coût moyen des catastrophes naturelles qui a doublé en 10 ans pour atteindre 1,6 milliard d'euros en 2019. Ainsi, le cabinet pose une hypothèse de hausse moyenne de 1,5% à 2% pour l’assurance habitation en 2021, après le +0,9% enregistré cette année.

Facts and Figures envisage aussi une mutualisation par certains groupes (Allianz, Axa, Covéa, Generali, Groupama…) du coût des pertes d’exploitation payées en raison du confinement à certains clients commerçants et entreprises. « Dans ce cas, on pourrait avoir des annonces de l’ordre de + 2,5% à + 3,0% de la part de certains de ces acteurs concernant l’assurance habitation », envisage le cabinet. Des hausses non négligeables, alors que le niveau de l’inflation en 2020 devrait être proche de 0%.

Voir le comparatif d'assurance habitation de notre partenaire

Analyse inverse d'Assurland.com qui mise sur une stabilité des prix en raison du développement du télétravail. Celui-ci accroit la présence au domicile et induit une diminution des sinistres. « La baisse des cambriolages, des dégâts des eaux, des incendies… a fait économiser environ 300 millions d’euros aux assureurs pendant le confinement », rappelle le comparateur.

Lire aussi : Comment payer moins cher sans changer d'assureur

(1) Facts & Figures : hypothèses de hausses moyennes de tarifs en 2021 par les assureurs en Automobile et en Habitation