Selon la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), 50% des retraités éligibles à l'Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) ne la réclament pas. Soit un manque à gagner moyen de 205 euros pour 321 200 Français.

Dans un récent rapport relayé ce mardi 21 juin par TF1 Info, la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) alerte sur le taux important de non-recours à l'Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA). Selon elle, 50% des retraités pouvant bénéficier de cette aide n'en font pas la demande, ce qui représente un manque à gagner moyen de 205 euros par mois pour 321 200 personnes en France.

Une prestation non-automatique

Un constat qui n'est pas nouveau puisqu'ils étaient 54% en 2012. Pour rappel, l'ASPA a remplacé le minimum vieillesse en 2006. Elle est versée aux personnes de plus de 65 ans, voire 62 ans dans certains cas, dont les revenus sont inférieurs à 916 euros mensuels.

En ce qui concerne les couples, ils doivent toucher une pension d'un montant inférieur à 1 423 euros pour pouvoir prétendre à cette aide. TF1 précise qu'il faut résider dans l'Hexagone depuis plus de six mois au cours de l'année civile du versement pour pouvoir bénéficier de l'ASPA. Cette prestation n'étant pas automatique, il faut en faire la demande auprès de l'organisme chargé de la retraite de la personne concernée (MSA, Sécurité sociale, etc).

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Un dispositif encore méconnu

D'après l'étude de la DREES, le taux de non-recourants est plus important chez les femmes (52% d'abstention) que chez les hommes (44%). Idem pour les propriétaires (72%) par rapport aux locataires (32%). Enfin, les non-recourants sont plus âgés en moyenne (78 ans) que les recourants (75,8 ans).

APL, alloc', RSA... Découvrez toutes les aides sociales auxquelles vous avez droit

Plusieurs éléments permettent d'expliquer ce taux de 50% de non-recours. La méconnaissance de ce dispositif, due notamment ce que nos confrères appellent la « rupture technologique ». Mais aussi la volonté d'établir une succession. En effet, les sommes versées dans le cadre de l'ASPA peuvent être récupérées sur la succession, après le décès du bénéficiaire, si l'actif net de cette dernière est supérieur à 39 000 euros. Pour rappel, la France comptait 15,5 millions de retraités au début de l'année 2020.

Une carte bancaire gratuite, ça vous tente ? Notre comparatif