psa
Plan du site Rechercher

Epargne-retraite : la loi Pacte rate sa cible

Personnes âgées au bord de l'eau
© B Roessli - Fotolia.com

Inquiets du montant de leur pension de retraite, les Français comptent sur leur propre épargne. Toutefois, les produits dédiés à la préparation de la retraite, comme le PERP ou le Perco, restent marginaux dans le portefeuille des ménages. Et pas sûr que le volet épargne-retraite de la loi Pacte change la donne, si l'on en croit les résultats d’un récent sondage.

Les Français épargnent en moyenne 14% de leur revenu chaque mois, un chiffre légèrement inférieur aux Allemands (17%) mais nettement au-dessus des Britanniques (5%) et des Espagnols (7,5%). Les principales raisons de thésauriser sont bien identifiées et ne varient pas au fil des enquêtes d’opinion. Ainsi, d’après l’Observatoire Odoxa-Linxea-Les Echos paru ce 3 octobre, les Français épargnent en premier lieu par crainte de l'avenir de leur situation financière. Un motif cité par près d’un sondé sur 2 (1).

Mais, alors que l’image du froussard colle souvent à la peau de l’épargnant français, il ressort au contraire de ce sondage que les Italiens sont plus anxieux. 51% d’entre eux épargnent en prévision d’une dégradation de leur situation économique, l’incertitude politique actuelle y étant probablement pour quelque chose. 51% : c’est également le pourcentage des sondés espagnols ayant énoncé l'argument de la peur du futur.

La retraite, un motif d’épargne pour 4 Français sur 10

Après la crainte vient l’épargne en prévision de la retraite : 37% des Français mettent en effet de l’argent de côté pour préparer leurs vieux jours. Une proportion supérieure à la moyenne européenne (32%). Et seul un Français sur 4 pense que le régime actuel permet de bénéficier d’une retraite correcte, la proportion tombant à 19% pour les femmes comme pour les catégories dites « populaires » (CSP-).

Pour compléter leurs ressources, 42% des sondés ont souscrit au moins un produit d’épargne qu’ils dédient à la préparation de leur retraite. Il s’agit essentiellement d’une assurance-vie, détenue par 54% des personnes interrogées, et de livrets d’épargne, possédés par 39% des sondés. En revanche, les produits d’épargne-retraite à proprement parler sont nettement moins prisés. Les plus courants, car accessibles à l’ensemble des salariés, à savoir le PERP et le Perco, sont détenus par respectivement 12% et 11% des Français, loin devant le contrat Madelin, réservé aux professions libérales, et détenu par 3% des sondés. Pas surprenant donc que l’encours de l’épargne-retraite ne représente que 200 milliards d’euros, quand celui de l’assurance-vie dépasse les 1 700 milliards d’euros.

75% des épargnants favorables à la rente

Rendre les produits d’épargne-retraite plus attractifs, c'est une des aspirations du gouvernement au travers de la loi Pacte, actuellement en débat à l’Assemblée nationale. Elle prévoit notamment la possibilité d'une sortie intégrale en capital. Jusqu’à présent, au dénouement du contrat, les détenteurs d’un PERP ne peuvent en effet retirer que 20% des fonds, le reste étant versé progressivement sous forme de rente viagère. Or, cette réforme n’aura vraisemblablement que peu d’impact. En effet, plus de 3 sondés sur 4 ont répondu préférer recevoir un complément de revenu régulier, pendant toute la durée de leur retraite, plutôt qu’un versement en intégralité des fonds capitalisés à leur départ en retraite.

Lire également : Loi Pacte : ce qui change pour les épargnants

(1) Les rendez-vous de l’argent. Observatoire Odoxa-Linxea-Les Echos. Octobre 2018

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Octobre 2018

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox
Commentaires
Publié le 3 octobre 2018 à 19h04 - #1Josiane
  • Femme
  • Vesoul
  • 60 ans

Le titre et l'analyse résisteront-ils à l’épreuve du temps?
Sur les forums les principaux motifs de non souscription au PERP sont la sortie en rente et les frais abominablement élevés.
Quelques rares acteurs sont relativement raisonnables sur les frais et permettent l'achat d'ETF qui limitent le cout global.
Perso je mise sur un gros afflux d'argent qui va stimuler la concurrence et faire baisser les frais.
RDV dans ans pour faire les comptes ;)

Trouvez-vous ce commentaire utile ?Oui3Non0