Les assureurs Groupama, CNP Assurances, AXA et Allianz, chargés de la gestion financière de Préfon, le système d'épargne-retraite facultatif pour les fonctionnaires, vont devoir y injecter "quelques centaines de millions d'euros", selon le quotidien Les Echos.

« Le niveau des rentes assurées par Préfon étant garanti à vie, les assureurs sont tenus de veiller à l'équilibre comptable du régime. Or, du fait de la baisse des taux d'intérêt, la valeur des engagements de rente dépasse actuellement la valeur des actifs », affirme le quotidien dans son édition de mardi.

Les quatre assureurs « vont devoir injecter quelques centaines de millions d'euros au total dans le régime de retraite par capitalisation des fonctionnaires », estime-t-il. « L'Autorité de contrôle prudentiel et le Trésor ont refusé de modifier la règle de provisionnement des régimes de retraite en points », ajoute le quotidien.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 350 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Fondé en 1964, sous forme d'association loi de 1901, par quatre syndicats (CFDT, CFTC, CFE-CGC et FO), Préfon-Retraite revendique la première place des systèmes d'épargne-retraite facultatifs de la fonction publique mais ne comptait au 30 avril que 370.000 affiliés, dont 91.000 retraité. Les trois fonctions publiques françaises emploient 5,2 millions de personnes.