L'Autorité des marchés financiers (AMF) et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) ont mis en garde mardi contre l'augmentation des escroqueries sur des produits financiers, en particulier sur les cryptomonnaies et les faux livrets.

Le pôle commun des deux institutions a ajouté en 2021 plus de 1 300 sites internet et entités sur ses listes noires d'offres frauduleuses, portant leur nombre total à 3 900, a-t-il indiqué à l'occasion de la publication de son rapport annuel. En 2020, 1 200 sites ou entités avaient déjà été ajoutés, contre 500 en 2019.

Comparatif livrets d'épargne : 10 offres comparées, jusqu'à 3% de rendement

Flambée des arnaques

Sur le seul 1er trimestre 2022, la cadence augmente encore, avec 248 nouvelles inscriptions recensées. Cet essor « témoigne d'une présence massive de montages, de fraudeurs et d'initiatives illégales » qui s'est accélérée pendant la pandémie et de « l'action de plus en plus forte » des régulateurs, a expliqué lors d'une conférence de presse Dominique Laboureix, secrétaire général de l'ACPR.

Les arnaques liées aux cryptomonnaies continuent également de se multiplier : l'ACPR et l'AMF estiment que le montant moyen des préjudices de ces escroqueries a doublé depuis le début de l'année, à 40 000 euros, contre une moyenne de 20 000 euros en 2021.

Un montant peut-être sous-estimé, puisqu'il se base sur les préjudices signalés aux institutions. Or « un certain nombre de personnes qui se sont fait grugées ne veulent pas le déclarer », a rappelé Dominique Laboureix.

Enquête : qui se cache derrière les arnaques aux crédits sur internet ?

Gare aux faux livrets

L'ACPR et l'AMF interpellent aussi sur les faux livrets d'épargne aux rémunérations alléchantes, dont les montants déposés disparaissent rapidement au profit des escrocs. Les arnaques liées à des livrets coûtent en moyenne 72 000 euros à leurs victimes, estiment-elles.

« Le mot livret est utilisé un peu à toutes les sauces parce qu'il donne une impression de sérieux, de garantie », a expliqué Claire Castanet, directrice des relations avec les épargnants et de leur protection à l'AMF.

Les deux régulateurs invitent à se méfier de toutes les offres de livrets rémunérés à plus de 4%. « Dans les circonstances actuelles, il est compliqué de tenir une telle promesse », a assuré Grégoire Vuarlot, directeur du contrôle des pratiques commerciales à l'ACPR.

Au global, les arnaques sur les crédits, les livrets d'épargne, les services de paiement ou les contrats d'assurance représentent 90% de toutes les escroqueries sur les produits financiers.

Les victimes d'arnaques sur des produits financiers n'ont pas de profil type, selon les régulateurs. Ces derniers s'inquiètent néanmoins de celles qui visent les moins fortunés, comme les personnes âgées vulnérables ou les jeunes.

Arnaques financières : les jeunes en première ligne sur les réseaux sociaux