La « flat tax » ne concernera pas l’épargne salariale. Les avoirs placés sur les PEE ou Perco resteront exonérés d’impôt sur le revenu, a confirmé ce matin le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire.

Ces dernières semaines, certains acteurs du marché de l’épargne salariale avaient publiquement exprimé leurs craintes d'une généralisation du prélèvement forfaitaire unique, appelé « flat tax ». Car si les avoirs placés sur les Plans d’épargne entreprise (PEE) ou autres Perco étaient concernés, cela nuirait évidemment à l’attractivité de ces produits d’épargne à moyen ou long terme.

« Nous ne toucherons pas à la fiscalité de l’épargne salariale », a annoncé ce matin Bruno Le Maire sur RTL, en réponse à ces inquiétudes, et afin d’appuyer la volonté du gouvernement de favoriser le pouvoir d’achat des salariés. « Aujourd’hui, cette épargne salariale n’est pas fiscalisée à l’impôt sur le revenu. Nous ne toucherons pas à ça », a-t-il insisté. Le ministre n’a toutefois pas évoqué l’impact de la hausse de la CSG sur les revenus de l’épargne salariale.

Investissez dans les PME françaises - 3 plateformes comparées

La bascule du CICE profitera à la participation

Il a en revanche insisté sur les retombées indirectes de la baisse des charges patronales : « A partir de 2019 (…) nous aurons une bascule du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en allègement de charges directes », a-t-il rappelé, avant de développer son raisonnement : « Cela va produire une plus grande profitabilité pour les entreprises et ça va augmenter la réserve de participation pour les salariés. (…) Nous estimons que cela représente un milliard d’euros qui seront redistribués directement aux salariés. » Interrogé sur la possibilité pour les entreprises d’affecter différemment ces bénéfices, il a insisté : « Ça revient aux salariés. Ça restera aux salariés. »