Depuis un an, un statut a été créé pour permettre à des plateformes de financement participatif de faire le lien entre particuliers prêteurs et entreprises emprunteuses. En contrepartie, le gouvernement impose la transparence, en particulier sur les défauts de paiement. Le 3 septembre dernier, cBanque a pointé le manque de transparence de certaines plateformes. Depuis, plusieurs ont mis leurs statistiques à jour. Du mieux ? Oui, même si aucun site ne rend une copie parfaite.

Les obligations des plateformes de prêt aux TPE et PME, ou crowdlending, immatriculées en tant d’intermédiaire en financement participatif (IFP) sont doubles :

  • La mise à disposition d'un rapport d’activité annuel publié avant le 30 juin, avec des statistiques sur les projets reçus, financés, sur les prêteurs, mais aussi sur la gouvernance de la plateforme.
  • Un taux de défaillance portant sur les défauts de paiement des entreprises emprunteuses, mis à jour « trimestriellement » et accessible depuis la page d’accueil.

Lire, ou relire l’article Epargne participative : les sites de prêt aux PME avares en informations

Quels changements en un mois ?

Cet article dressait deux grands constats : aucun rapport annuel en bonne et due forme (à une exception près) mais des pages « statistiques » faisant apparaître les informations réclamées. Cette page « statistiques » intègre le fameux taux de défaillance, ce qui permet aux plateformes de respecter la réglementation sur l’accès de cette information dès la home page, sans avoir à mettre en avant des mentions telles que défaut ou défaillance.

Notre article a visiblement fait réagir. De façon directe, tout d’abord, comme avec la réponse de Lendopolis sur Twitter :

Cette plateforme, qui se distingue effectivement de ses concurrents par une mise en avant des statistiques en belle place sur sa page d’accueil, n’a toutefois pas corrigé les quelques manques relevés, notamment en omettant d’indiquer les dates de mise à jour des informations sur son site.

Deux plateformes ont en revanche fait évoluer leurs pratiques. Prexem, noté 0/6 sur le respect des informations réglementaires le mois dernier, a mis en ligne une page « statistiques », même si elle reste incomplète, ce qui lui vaut désormais une note de 3/6 (voir le tableau ci-dessous). Lendix, qui se contentait d’une information minimaliste, a mis en ligne une page complète la semaine passée. Ne lui manque donc plus que le rapport annuel, comme chez Unilend.

Les défaillances, information délicate

Reste un point, d’importance, sur lequel il s’avère encore difficile de juger ces plateformes : l’information sur les défauts de paiement des emprunteurs. Créée en novembre 2013, Unilend est la seule plateforme à détailler la nature de ces défauts (liquidation, redressement judiciaire, recouvrement, etc.), car c’est aussi la seule plateforme à enregistrer plusieurs défaillances, conséquence logique de son antériorité et de son volume d’activité. Unilend tente ainsi de faire œuvre de transparence puisque son fonctionnement basé sur les bons de caisse, qui ne nécessite pas encore de statut IFP, ne l’oblige pas à publier ces informations.

Le contrecoup de cette volonté de transparence, c’est que les investisseurs-prêteurs peuvent constater l’augmentation du taux d’incidents de remboursement. Le taux de défaillance « à date », c’est-à-dire depuis la création de plateforme, était de 2,05% à fin juillet, pour grimper à 3,42% à la fin septembre.

Le relevé de ces pages « statistiques » permet aussi de constater un premier défaut de paiement chez Finsquare, qui affiche un taux de défaut (en montant du capital restant dû) de 2,02% depuis le lancement de l’activité fin 2014. Mais la plateforme n’offre pas de chiffres détaillés concernant ces incidents. Sur la base des informations en ligne, le prêteur-investisseur peut uniquement deviner que l’un des 64 « projets en ligne » est concerné par un défaut de paiement (taux de défaut de 1,61% « en nombre »).

Comparatif livrets d'épargne : 10 offres comparées, jusqu'à 2% de rendement

Des rapports de force qui se précisent

L’autre information importante, du point de vue des prêteurs, concerne le volume d’activité des plateformes. Sur ce point, le relevé des pages « statistiques » à la fin du 3e trimestre permet de constater la très forte progression de Lendix, passé de 3 à 5,5 millions d’euros prêtés entre fin juin et fin septembre 2015. Sur une période quasi équivalente (fin juillet à fin septembre), le leader Unilend n’a lui vu le montant total des financements progresser « que » de 600.000 euros environ.

Finsquare, Lendopolis et Lendosphère affirment eux mettre leurs informations à jour « en temps réel ». Finsquare affiche ainsi une progression de plus de 700.000 euros de son montant financé sur le seul mois de septembre, Lendopolis d’environ un demi-million d’euros, et Lendosphère 200.000 euros.

Des rapports annuels complets en juin 2016 ?

Comme lors du premier relevé des informations réglementaires présentes sur ces sites, seule une plateforme affiche un rapport d’activité annuel 2014 en bonne et due forme, avec statistiques et gouvernance : PretPME. Les autres sociétés peuvent prendre l’excuse du lancement récent, et d’une activité quasi nulle voire inexistante en 2014 (sauf pour Unilend). Le rendez-vous est donc donné pour le 30 juin 2016, date limite pour la publication des rapports d’activité 2015 de ces plateformes qui auront, cette fois, un certain recul sur leur activité. Lendopolis l’a d’ailleurs promis avant cette échéance, dans ses conditions générales d’utilisation : « Le rapport d'activité annuel prévu dans l'article R548-4-I du Code monétaire et financier sera mis à disposition sur le site dans le courant du premier trimestre 2016. »

Plateformes de « crowdlending »Date de lancement effectif *Montant total des crédits depuis le lancement **Respect des règles sur les statistiques globales ***
UnilendNovembre 201312.964.850 euros5/6
LendixMars 20155.458.958 euros5/6
LendopolisNovembre 20142.503.500 euros4/6
FinsquareDécembre 20141.565.742 euros3,5/6
LendosphereDécembre 20141.297.600 euros3,5/6
PrexemMai 2015155.000 euros3/6
PretPMEDécembre 2014(en 2014) 16.000 euros3/6
Credit.frMars 2015NC1,5/6
BoldenAvril 2015NC0/6
* S’entend par « lancement effectif » non pas la création de la société ou l’immatriculation en tant qu’IFP mais l’ouverture du site au public et le lancement des premières collectes.
** Est indiqué ici le « montant total des financements sous forme de crédits », comme demandé par la réglementation, et non le « montant collecté » parfois communiqué par les plateformes. « NC » pour « non communiqué » (lorsque l'information n'est pas disponible sur le site).
*** Voir le barème de notation en bas de page.

Rappel de la méthodologie de la notation

  • Présence d’un rapport d’activité 2014 : 1 point
  • Lien vers le taux de défaillance et/ou les statistiques clairement indiqué en page d’accueil : 1 point (0,5 si le lien est présent mais de façon ambiguë)
  • Indication du montant total des financements : 1 point
  • Statistiques sur les prêteurs et projets (nombre de prêteurs, crédit moyen, projets reçus et retenus, etc.) : 1 point, 0,5 point si la liste n’est pas complète
  • Taux de défaillance : 2 points (0,5 point s’il est indiqué, 0,5 si le capital restant dû est indiqué ou « calculable », 0,5 en cas d’informations détaillées sur les incidents, 0,5 en cas de mise à jour récente - lors des trois derniers mois ou à la fin du trimestre écoulé, donc fin septembre ou début octobre).