Un livret bancaire qui propose un rendement de 4%, c'est très séduisant, surtout quand le Livret A affiche un taux de 0,5%. Ces offres alléchantes se multiplient et séduisent de plus en plus de particuliers qui n'hésitent pas à verser des dizaines de milliers d'euros pour profiter de l'aubaine. A tort.

« Nouveau Placement à 3,82% ! Cette nouvelle épargne « secrète » cartonne dans toute la France ! », « Le nouveau placement préféré des Français rapporte jusqu’à 4,25% en 2021 ». Voici deux exemples parmi tant d’autres d’arnaques au livret qui pullulent sur Internet. Le phénomène est en pleine explosion, constate Guy Grangirard, président de l'association ADC France. Depuis janvier, près de 200 victimes l’ont contacté, explique-t-il à MoneyVox, avec un préjudice qui avoisine les 10 millions d’euros, soit 50 000 euros de pertes en moyenne par dossier.

Une situation confirmée par l’Autorité des marchés financiers (AMF). « Nous avons constaté une recrudescence des arnaques utilisant le terme de « livret » pour mettre en confiance et donner l’illusion d’un placement sécurisé et garanti. Toutes sortes d’offres frauduleuses sont présentées sous ce terme de « livret », les places de parking d’aéroport par exemple. Plusieurs centaines d’épargnants nous ont déclaré avoir été victimes d’arnaques de ce type, pour un préjudice moyen d’environ 40 000 euros », indique à MoneyVox Claire Castanet, directrice des relations avec les épargnants et de leur protection à l’AMF.

Des rendements impossibles

Pour attirer leurs victimes, les escrocs n’hésitent pas à cloner les sites de banques en ligne ou de banques mobiles et usurpent leur nom. Comme ces établissements fonctionnent sans agence, leurs cibles ne seront a priori pas tentées de se déplacer directement dans une succursale, en cas de doute. Et afin de les amadouer, ils font référence, par exemple, à la garantie des dépôts de 100 000 euros pour vanter aux investisseurs la sécurité de ce placement. Les victimes qui se font appâter laissent alors leurs coordonnées et se font ensuite contacter par un faux banquier.

« Il n’était pas insistant, il me disait de prendre le temps pour réfléchir », explique, au quotidien Le Progrès, une victime qui a perdu 75 000 euros. Elle ne s’est pas méfiée du taux proposé de 3,89%. A ses yeux, ce n’était « pas suffisamment haut » pour être une tentative d’escroquerie. Et pour cause, selon le baromètre 2020 de l’épargne publié par l’AMF, une majorité de Français trouve la rémunération de l’épargne sans risque satisfaisante avec un taux à partir de 2,6%. Aujourd’hui, excepté sur un vieux Plan épargne logement, il est impossible d’obtenir un tel rendement sur un livret d’épargne sans risque.

Selon le relevé de MoneyVox, les livrets bancaires commercialisés par les établissements financiers dûment autorisés rapportent en moyenne seulement 0,05%. Les meilleurs produits du marché offrent au mieux du 0,6% brut. Quant à l'épargne réglementée comme le Livret A, il n’offre que du 0,5% net. Or selon le sondage de l’AMF, seules 31% des personnes interrogées connaissent le taux du Livret A.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 11 contrats comparés

Si les escrocs profitent des lacunes de certains épargnants, ils ne manquent pas de persuasion comme le raconte cette personne délestée de 70 000 euros. « L’escroc m’a contacté dix fois par téléphone pour me mettre en confiance, en me disant que l’entreprise était une filiale de la Deutsche Bank. J’ai même reçu un virement de 850 euros de leur part pour me tenir en haleine... », témoigne-t-elle auprès de Que Choisir.

Des arnaques qui se multiplient

Contacté par MoneyVox, le gendarme du secteur bancaire, l'ACPR, observe « une industrialisation des fraudes en ligne. Déjà en 2020, « sur les 1 081 inscriptions sur notre liste noire des sites ou entités proposant des crédits, des livrets d’épargne, des services de paiement ou des contrats d’assurance sans y être autorisés, la quasi-totalité des offres frauduleuses identifiées concernait de faux crédits ou livrets d’épargne. Dans plus de 40% des cas, ces offres usurpaient l’identité d’un établissement ou d’un intermédiaire financier autorisé à commercialiser de tels produits », constate l’ACPR. Mais l’ampleur du mouvement s’accélère « dans un contexte caractérisé par une épargne plus importante du fait de la crise sanitaire ».

En effet, les ménages auront accumulé une sur-épargne évaluée à 160 milliards d’ici la fin de l’année, et ce depuis le début de la crise sanitaire. De quoi attiser la convoitise des escrocs qui multiplient les annonces trompeuses via les réseaux sociaux, comme Facebook, mais aussi sur les bannières publicitaires de certains grands sites d’information. Elles ne sont pas validées par ces dernier mais commercialisées par des régies chargées de gérer ces espaces publicitaires. Des offres de livrets bidons sont également affichées en bonne place sur le moteur de recherche Google quand on tape la requête « Livret » ou « Livret garanti ». C'est le cas de ce compte épargne livret qui affiche un taux de 3,99% avec la garantie de « retrouver intact votre capital à tout moment, et même dans une certaine mesure, si votre banque fait faillite grâce à la garantie des dépôts bancaires, ce qui est bien pratique pour être sûr de conserver son épargne de précaution »...

Des ressources pour se protéger

Dans ce contexte, pour éviter les arnaques, des listes noires sont tenues par les autorités comme celle de l’ACPR et de l’AMF. Rien qu’au premier trimestre, 322 nouveaux sites ont été ajoutés. Ces supports ne sont pas exhaustifs car de nouveaux acteurs non autorisés apparaissent régulièrement, sur Internet. Le site AMF Protect Epargne propose aussi un test pour vérifier si la proposition de placement est susceptible ou non d’être une escroquerie. De son côté, l’association ADC France a créé une page dédiée recensant les arnaques aux faux livrets.

4 conseils pour repérer les arnaques aux faux livrets

Deux précautions valant mieux qu’une, avant d’investir également, il vaut toujours mieux vérifier que la société est autorisée à commercialiser un produit ou un service en France en consultant, sur internet, les registres et listes des agents financiers (REGAFI) et des organismes d’assurance (REFASSU) tenus par l’ACPR et le registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance tenu par l’ORIAS pour les intermédiaires.

Voir le comparatif des livrets de banques autorisés en France

Que faire si vous êtes victime d'une arnaque au livret ?

  • Si vous êtes victime d’une offre frauduleuse, déposez une plainte dans les meilleurs délais : https ://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr ;
  • Vous pouvez contacter INFO ESCROQUERIES en appelant le 0805 805 817 (service et appel gratuits du lundi au vendredi de 9h à 18h30) ;
  • N'hésitez pas à effectuer un signalement sur le portail officiel de signalement du ministère de l'Intérieur même si vous n’avez pas subi de perte financière. Cela peut empêcher d’autres tentatives d’escroquerie : https ://www.internet-signalement.gouv.fr.