Le fisc a introduit une petite nouveauté dans votre déclaration de revenus. Elle concerne notamment l’un des best-sellers de l’épargne : les livrets bancaires. Si celle-ci simplifie (un peu) le choix de l’imposition au barème, cette évolution surprise risque de dérouter les contribuables.

Un casse-tête ludique pour certains, une corvée pour beaucoup ! Déclarer vos revenus aux impôts reste obligatoire en dépit de la mise en place du prélèvement à la source, y compris si vous êtes éligible à la déclaration automatique, LA grande nouveauté de cette campagne fiscale 2020. Mais ce n’est pas la seule évolution.

En effet, les modalités pratiques pour déclarer certains revenus du capital – ceux pour lesquels les prélèvements sociaux ont déjà été appliqués - ont été revues. Objectifs : mieux segmenter les produits selon s’ils ouvrent ou non droit à la CSG déductible et éviter, au passage, les manipulations complexes en cas d’option pour l’imposition au barème. Si vous avez des livrets bancaires, des comptes à terme, des coupons d’obligations, des PEL et CEL ouverts depuis 2018 ou des vieux PEL de plus de 12 ans, vous êtes concerné par cette évolution. Pas de changement, en revanche, en ce qui concerne les livrets réglementés : les revenus du Livret A, LDDS, LEP et du Livret Jeune ne sont eux pas imposables, donc pas à déclarer. Voici le mode d'emploi pour déclarer vos intérêts gagnés en 2019 sur les placements bancaires fiscalisés, selon le mode d’imposition choisi.

Les cases 2TR, 2CK et 2BH à vérifier

En effet, comme les années précédentes, il existe deux options pour déclarer vos intérêts perçus. Par défaut, le prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% s'applique. Aussi appelé « flat tax », il comprend 17,2% de prélèvements sociaux et 12,8% d’impôt à proprement parler.

Dans votre déclaration, l’application du PFU sur les livrets et autres produits à taux fixe se matérialise sur plusieurs lignes : « Intérêts et autres produits de placement à revenu fixe » (case 2TR) et, nouveauté, en case 2BH. Cette année, l’utilisation de la ligne 2BH, rebaptisée « Revenus déjà soumis aux prélèvements sociaux avec CSG déductible si option barème » a évolué.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 350 € grâce à notre comparatif des assurances vie

L’an passé, la case 2BH était utile en cas d’imposition au barème. Et sa manipulation était complexe : le contribuable devait en effet opérer un fastidieux jeu de vases communicants avec la case 2CG. Ce n’est plus nécessaire. Désormais, que vous conserviez le PFU ou optiez pour l’imposition au barème, vous n’avez plus à modifier le montant indiqué dans cette case (sauf évidemment si le montant prérempli par le fisc est erroné). Et, pour indiquer à l'administration fiscale que vous voulez activer l’option du barème, il vous suffit de cocher la case 2OP.

Lire aussi : 2OP, la case spéciale pour alléger ses impôts

L’imposition au barème en cochant la case 2OP

Pour rappel, l’imposition au barème permet de remplacer le prélèvement fiscal de 12,8% par une imposition au global de l’ensemble vos gains à un taux progressif qui dépend du niveau de revenus de votre foyer fiscal et s’échelonne de 0% à 45%. De fait, cette option s’avère rentable pour les contribuables peu ou pas imposables.

En cas de doute sur la formule la plus économique, vous pouvez faire le test en cochant et décochant la case 2OP avant de valider votre déclaration de revenus. En outre, l’administration fiscale a promis cette année de rappeler à l’ordre les contribuables qui maintiennent le PFU alors qu’ils auraient intérêt à opter pour l’imposition au barème. « Un warning en fin de déclaration en ligne pour ceux qui n'ont pas opté [pour l'imposition au barème] et pour lesquels le calcul montre qu'ils en profiteraient » a été mis en place, expliquait récemment à ce propos le bureau de presse de Bercy, qui gère l’activité du ministre des Comptes publics.

Déclarer vos intérêts bancaires, pas à pas :

Pour vérifier et déclarer les gains de vos livrets bancaires et autres produits à revenus fixes, vous devez :

  1. Vous munir de l’imprimé fiscal unique (IFU) qui récapitule l’ensemble des gains, case pas case, envoyé par votre banque.
  2. Vérifier que les sommes préremplies dans votre déclaration d’impôt par le fisc en cases 2TR et 2BH correspondent bien aux montants sur votre IFU. Les corriger en cas d’erreur. Une troisième ligne, « Prélèvement forfaitaire non libératoire déjà versé » (case 2CK) peut également être préremplie. Vous devez également la vérifier. Cette case correspond à l’acompte fiscal (12,8%) qui a été prélevé dès le versement des intérêts. Cette ligne reste vide si vous avez fait valoir vos droits pour une dispense d’acompte.
  3. Cocher la case 2OP, si vous souhaitez opter pour l’imposition au barème.