Pierre Moscovici, interrogé mercredi sur un possible abaissement du taux de rémunération du Livret A, a dit attendre la prévision d'inflation pour décider, tout en assurant avoir le « souci de préserver le pouvoir d'achat » de ce produit d'épargne.

« Il y a une règle », celle de « l'indexation du livret de caisse d'épargne par rapport à l'inflation », a déclaré le ministre de l'Economie, invité de l'émission « Questions d'Info » (LCP/Le Monde/AFP/France Info). « Nous attendons la prévision d'inflation », a-t-il ajouté en précisant qu'il rencontrait à ce sujet le gouverneur de la Banque de France mercredi après-midi. « On va en parler », a enchaîné le ministre, « et ensuite, en fonction de cela, et aussi en fonction d'un souci de préserver le pouvoir d'achat du livret A, je prendrai, sur sa proposition, mes décisions. Et ça se fera fin juillet ».

Au regard de l'inflation constatée au cours des derniers mois, la rémunération du Livret A, fixée à 1,75%, devrait baisser le 1er août, mais l'ampleur de son recul reste encore à connaître. Le futur taux pourrait être proche de 1% « voire plus bas » en application de la formule de fixation ad hoc, avait prévenu lundi le gouverneur de la Banque de France.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Cette formule prévoit que le rendement du Livret A doit en effet être calculé soit en intégrant à la fois les taux des prêts entre banques (marché interbancaire) et l'inflation, soit en ne retenant que la seule inflation, majorée d'un quart de point, selon la solution qui offre le meilleur taux. Si le gouverneur de la Banque de France décide d'appliquer à la lettre la formule, sa décision s'impose. S'il souhaite y déroger, la décision est alors tranchée par le ministre de l'Economie.